/news/coronavirus

«L’arrivée de ce variant est absolument inévitable»

Alors que variant Omicron commence à faire sentir sa présence en Europe, son arrivée en Amérique du Nord, et plus précisément au Québec, n’est qu’une question de temps, selon le spécialiste en virologie Lionel Berthoux.

• À lire aussi: Le variant Omicron est probablement déjà arrivé aux États-Unis, affirme le Dr Fauci

• À lire aussi: Pays-Bas: le variant Omicron «probablement» parmi 61 passagers positifs

• À lire aussi: COVID-19: un premier cas du variant Omicron détecté en Italie

En entrevue à LCN, ce dernier a expliqué que la décision de bloquer les frontières aux voyageurs provenant des pays touchés par ce nouveau variant ne fera que retarder l’inéluctable.

«On ne peut absolument pas empêcher sa propagation dans le monde entier, à moins d’être un pays qui est une île et d’être capable de s’isoler complètement», clame Lionel Berthoux.

«L’arrivée de ce variant est absolument inévitable», ajoute-t-il.

Celui qui est également professeur-chercheur à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) estime réaliste de penser que le variant Omicron pourrait déjà être présent dans la province.

Un variant qui met les vaccins en péril

Le spécialiste en virologie mentionne que ce nouveau variant se démarque par sa propagation très rapide et par sa capacité à réinfecter des personnes ayant déjà contracté la COVID-19 par le passé.

Lionel Berthoux indique que le variant Omicron possède une trentaine de mutations dans sa protéine S, soit environ le double des autres variants.

Et le professeur-chercheur de l’UQTR craint que ce variant n’entraîne une importante réduction de l’efficacité des vaccins contre la COVID-19.

Un léger affaiblissement des vaccins a déjà été observé depuis l’arrivée du variant Delta, souligne M. Berthoux.

«Il est à craindre que ça soit encore plus le cas avec ce nouveau variant», affirme-t-il.

Néanmoins, le spécialiste en virologie juge qu’il est nettement trop tôt pour quantifier la perte d’efficacité des vaccins causée par le variant Omicron.

«Ça fait seulement quelques jours qu’on a réalisé que ce variant se propageait rapidement en Afrique du Sud, alors les expériences n’ont tout simplement pas été faites pour déterminer le niveau de protection des vaccins qu’on a déjà», soutient Lionel Berthoux.

Ce dernier croit que l’émergence de ce variant met de l’avant l’importance d’adapter les vaccins afin de les rendre plus efficaces contre la COVID-19.

«Ça fait des mois et des mois que c’est discuté», indique M. Berthoux.

«Semble-t-il que cette fois-ci, les choses vont enfin avancer. Ça serait quelque chose de vraiment utile, je dirais même indispensable» , ajoute-t-il.

Pour voir l’entrevue complète, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.