/sports/homepage

Les bons et moins bons coups de Bergevin

Durant son règne légèrement inférieur à une décennie, l’ancien directeur général du Canadien de Montréal Marc Bergevin a été très actif, lui qui a réalisé 77 transactions et fait signer 228 contrats. Voici ses bons et ses moins bons coups au fil des années.

• À lire aussi: Bergevin et Timmins à la porte

• À lire aussi: Congédiement de Bergevin : une décision prise il y a deux mois?

• À lire aussi: Six candidats pour le poste de DG du CH

Les bons 

Max Pacioretty contre Nick Suzuki, Tomas Tatar et un choix de deuxième ronde

Le meilleur coup de Bergevin pour le futur du Tricolore est sans aucun doute survenu à l’été 2018, quand il a échangé son capitaine à l’époque, Max Pacioretty, aux Golden Knights de Vegas, en retour de Tomas Tatar, Nick Suzuki et un choix de deuxième tour en 2019.

Nick Suzuki est devenu l’élément le plus important de cet échange. Le jeune attaquant, qui jouait son hockey junior au moment de la transaction. Il s’est toutefois rapidement trouvé une place dans la formation du CH et est devenu un des éléments les plus importants pour le futur de cette équipe. Ses 82 points en 127 matchs, répartis sur deux saisons, lui ont valu une imposante prolongation de contrat de huit ans et 63 millions $.

Pour sa part, Tatar est devenu un des joueurs les plus appréciés des partisans durant son séjour de trois saisons à Montréal. Formant principalement un trio avec Phillip Danault et Brendan Gallagher, Tatar a amassé 149 points en 198 matchs.

Le choix de deuxième ronde est la métaphore parfaite de la cerise sur le sundae. La saison morte suivante, Bergevin a offert ce choix aux Kings de Los Angeles, en retour d’un choix de troisième ronde et d’un autre de cinquième ronde. Avec ces tours de parole, l’organisation montréalaise a repêché Mattias Norlinder et Jacob LeGuerrier.

Deux choix au repêchage contre Jeff Petry

Le 2 mars 2015, jour de la date limite des transactions, Bergevin a réalisé ce qui peut être qualifié de réel vol à main armée en faisant l’acquisition du défenseur Jeff Petry, des Oilers d’Edmonton, en retour d’un choix de deuxième ronde et d’un autre de quatrième ronde.

Malgré son lent début de saison en 2021-2022, Petry s’est implanté comme une pierre angulaire de l’attaque du Canadien, lui qui compte 223 points en 463 matchs. Sa fin de saison en 2014-2015 lui avait valu une prolongation de contrat de six ans et 33 millions $. Visiblement heureux de son rendement, le Canadien lui a offert une autre prolongation de contrat, de quatre ans, qui s’est amorcé cette année et qui permettra au défenseur d’empocher 6,25 millions $ par campagne.

Pour ce qui est des Oilers, aucun des choix n’a jamais été en mesure de se développer au point d’égaler ce que Petry aurait pu leur apporter.

Tomas Fleischmann et Dale Weise contre Phillip Danault et un choix de deuxième ronde

En février 2016, Bergevin a envoyé Tomas Fleischmann et Dale Weise aux Blackhawks de Chicago, qui souhaitaient faire un bon bout de chemin dans les séries éliminatoires. En retour, l’organisation de la Belle Province a mis la main sur le Québécois Phillip Danault et un choix de deuxième ronde en 2018.

Danault a pivoté l’un des trios les plus dangereux du CH durant quelques années, lui qui s’est aussi établi comme l’un des meilleurs attaquants défensifs de la Ligue nationale de hockey. En 360 matchs dans l’uniforme bleu, blanc et rouge, il a noirci la feuille de pointage 194 fois.

Avec le tour de parole au repêchage acquis, Bergevin et son équipe ont appelé le nom du défenseur russe Alexander Romanov. S’il est encore trop tôt pour se faire une véritable idée du futur de Romanov, une chose est sûre: à 21 ans, il a déjà sa place dans la brigade défensive des siens.

Les moins bons 

Karl Alzner

C’est avec de bonnes intentions que Bergevin a offert un contrat de quatre saisons, rapportant 4,6 millions $ par année au défenseur Karl Alzner.

Rien n’a toutefois fonctionné comme prévu, puisque l’arrière a pratiquement joué plus de matchs avec le Rocket de Laval (87), dans la Ligue américaine, qu’avec le Canadien de Montréal (95), dans la Ligue nationale. Le Canadien a finalement racheté le contrat d’Alzner en octobre 2020. Ce dernier aura d’ailleurs un impact sur la masse salariale du CH jusqu’à la fin de la saison 2023-2024.

Mikhail Sergachev contre Jonathan Drouin

En 2017, Bergevin a échangé le défenseur le plus prometteur de l’organisation à l’époque, Mikhail Sergachev, au Lightning de Tampa Bay, en retour de l’attaquant Jonathan Drouin.

Si l’échange semblait équitable au départ, force est d’admettre que Drouin n’a pas complètement répondu aux attentes placées en lui, même s’il apporte de précieux services au Canadien, comme en témoignent ses 148 points en 246 matchs.

Pour sa part, Sergachev n’a pas non plus éclos comme l’un des meilleurs défenseurs du circuit Bettman, mais derrière Victor Hedman, il a aidé la formation floridienne à mettre la main sur deux coupes Stanley consécutives.

Le plus polarisant 

P.K. Subban vs Shea Weber

Cet échange réalisé en 2016 n’a pas fini de faire parler, et ce, même si Shea Weber serait non officiellement à la retraite, que Bergevin n’est plus en poste et que Subban est loin d’être celui qu’il était à l’époque. 

Certains voient cette transaction positivement, d’autres, négativement, mais une chose est sûre: à cette époque, Bergevin a échangé un des favoris de la foule en retour d’un futur capitaine de la Sainte-Flanelle qui les aura menés une fois en finale de la Coupe Stanley.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.