/news/coronavirus

Au moins un cas du nouveau variant Omicron confirmé au Québec

Avec un premier cas du variant Omicron détecté et 115 voyageurs placés en isolement au Québec, le gouvernement Legault appelle à la vigilance à l’approche des Fêtes. 

• À lire aussi: Pfizer a déjà commencé à travailler sur une version du vaccin anti-COVID contre Omicron

• À lire aussi: Omicron: des symptômes étonnamment très différents du variant Delta

• À lire aussi: 756 cas rapportés au Québec

En attendant d’en savoir davantage sur cette nouvelle mutation du coronavirus, le ministre de la Santé, Christian Dubé, presse les 70 ans et plus d’aller chercher leur 3e dose et invite les parents à poursuivre l’effort de vaccination auprès des enfants de 5 à 11 ans. 

« Pas avant le 6 décembre » pour le plan des Fêtes 

La santé publique se donne jusqu’au 6 décembre – c’est lundi prochain – pour déterminer si des aménagements aux règles sanitaires seront permis pour la période des Fêtes. 

En point de presse, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a expliqué que cette date était encerclée à son calendrier avant même qu’un nouveau variant ne soit détecté. 

Dans l’attente, les rassemblements privés, à la maison ou dans un chalet, demeurent limités à 10 personnes. Le maximum pour les réceptions dans un lieu public est de 25 personnes, sauf dans les restaurants où les soupers de groupes sont autorisés avec une limite de 10 personnes par table. 

Un cas confirmé, 115 voyageurs surveillés    

En plus d’un premier cas du variant Omicron confirmé au Québec, 115 voyageurs revenus des sept pays d’Afrique australe ciblés par Ottawa ont été contactés pour effectuer un nouveau test de dépistage et se placer en isolement.  

Plus tôt lundi matin, l’Ontario a annoncé que deux résidents d’Ottawa infectés par le nouveau variant avaient transité par Montréal en revenant de voyage.  

« Le gouvernement fédéral a très rapidement resserré les mesures pour les voyageurs », a salué le ministre de la Santé, Christian Dubé. 

« Peu importe où vous voyagez, il faut rester prudent », a-t-il insisté, en signalant que la liste des pays ciblés par le gouvernement fédéral pourrait s'allonger. 

Écoutez l’entrevue d’André Veillette, Chercheur en immunologie à la faculté de médecine de l’Université de Montréal:

Le tiers des 5 à 11 ans bientôt vaccinés    

Près du tiers des enfants âgés entre 5 et 11 ans ont déjà reçu ou sont sur le point de recevoir leur première dose pédiatrique du vaccin contre la COVID-19, « une bonne nouvelle », s’est réjoui le ministre Dubé. 

En date d’hier, ce sont précisément 69 889 jeunes qui avaient reçu le vaccin, alors que 136 264 autres étaient en attente de leur rendez-vous, soit plus de 200 000 enfants au total. 

M. Dubé s’attend à ce que ce chiffre bondisse grâce à la vaccination dans les écoles, qui a débuté hier. 

À ceux qui hésitent encore, l’arrivée du nouveau variant devient une raison de plus pour se protéger adéquatement, considère le ministre. C’est parmi le groupe des non vaccinés qu’on retrouve la majorité des nouveaux cas de COVID-19, dont près du tiers sont âgs entre 5 à 11 ans. 

L’accélérateur sur la 3e dose    

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’attend à recevoir sous peu un nouvel avis du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) concernant la troisième dose de vaccin pour les travailleurs et la santé et les malades chroniques. 

Le CIQ se réunit d’ailleurs aujourd’hui pour en discuter. À ce jour, à peine le tiers des personnes âgées de 70 ans et plus ont reçu une dose de rappel. 

« Ça avance très lentement. [...] Allez chercher votre 3e dose », a-a insisté le ministre Dubé. Il s’en fait surtout pour les plus vulnérables, comme ceux vivant en résidence. « C’est là qu’on ne voudrait pas que ça recommence, l’apparition d’éclosions », a-t-il souligné. 

10 millions de tests rapides    

Québec a demandé au gouvernement fédéral de lui fournir 10 millions de tests rapides, dans le but de répandre leur utilisation dans la population, notamment dans les garderies. 

« Je pense par exemple en partie aux services de garde, parce que c’est là en ce moment que nos tout-petits en bas de 5 ans ne sont pas vaccinés », a indiqué le ministre Dubé. 

Le recours aux tests rapides que les gens peuvent faire eux-mêmes sera une façon d’apprendre « à vivre avec le virus », croit le ministre de la Santé. 

C’est du moins la direction qu’il veut prendre, après quoi les tests rapides permettront d’agir comme un « premier filtre » avant le centre de dépistage. 

- Avec la collaboration de Olivier Faucher, Le Journal de Montréal 

- Avec la collaboration de Olivier Faucher, Le Journal de Montréal

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.