/regional/saguenay

Un passionné de météo gère 16 stations et 10 caméras au Saguenay

Un passionné de météo est devenu, au cours des dernières années, la référence au Saguenay-Lac-St-Jean.

• À lire aussi: Des transporteurs québécois évitent l’Ouest canadien

• À lire aussi: Neige, pluie et verglas pour la fin de semaine

• À lire aussi: Pour protéger l'humanité, la NASA va dévier la trajectoire d'un astéroïde

Jimmy Desbiens a créé la page Facebook "Météo Chicoutimi" sans se douter que sa page compterait 46 000 abonnés 13 ans plus tard.

Avec ses 16 stations et ses 10 caméras installées aux quatre coins de la région, il se rapproche de son rêve de faire de sa passion son principal gagne-pain.

«J'ai appris sur le tas, a-t-il affirmé. Je consulte beaucoup de documentations et je parle à des météorologues pratiquement à tous les jours. J'aime beaucoup apprendre par moi-même. Mon but, c'est de donner le meilleur service possible, mais les gens ne doivent pas oublier que c'est un service gratuit.»

Pourtant, il est la cible de critique et de commentaires désagréables sur les réseaux sociaux, surtout quand il se trompe dans ses prévisions.

«Honnêtement, j'essaie de ne pas m'en faire avec ça, mais c'est difficile parce que Météo Chicoutimi, c'est mon bébé, a précisé M. Desbiens. Les gens ne se rendent pas compte de tout le temps que je mets là-dessus. Oui les ordinateurs nous aident, mais ça prend une intervention humaine aussi pour valider ce que l'ordinateur nous donne comme information.»

Il estime avoir travaillé plus de 40 heures pendant quatre jours uniquement sur la tempête survenue au cours de la fin de semaine.

«Juste pour une prévision quotidienne, c'est de quatre à cinq heures de travail», a-t-il soutenu.

Météo Chicoutimi est officiellement devenu une entreprise il y a deux ans.

«Comme tout bon démarrage d'entreprise, ça n'a pas été facile, admet le créateur de Météo Chicoutimi. La première année, environ un projet sur dix aboutissait. Aujourd'hui, c'est plus un projet sur deux ou sur trois», a-t-il ajouté.

Il ne peut pas encore y consacrer tout son temps ni compter uniquement sur les revenus de son entreprise pour payer les factures, mais avec ses 16 stations météo, ses 10 caméras en temps réel et ses nombreux projets de développement, Jimmy Desbiens est sur la bonne voie.

Il est sur le point de conclure une entente dans le secteur du Bas-Saguenay et travaille aussi sur un projet à Dolbeau-Mistassini.

Par ailleurs, les skieurs du centre Le Norvégien de Jonquière pourront connaître les conditions de glisse avant de se rendre sur place. Il s'agit d'une première dans la région.

«On a installé une sonde dans la neige qui permet de mesurer la température de la neige et son taux d'humidité, a expliqué Jimmy Desbiens. Les personnes qui font du ski de fond peuvent savoir à l'avance quel type de cire elles doivent mettre.»

Le météorologue amateur a même commencé à transmettre sa passion aux jeunes de la région en donnant des ateliers dans les écoles.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.