/news/tele

Fin de «L’heure bleue»: trois deuils en un pour l’auteure et productrice Anne Boyer

PHOTO COURTOISIE

Anne Boyer a vécu jusqu’ici deux deuils avec la fin de «L’heure bleue», téléroman qu’elle a coécrit avec son complice des 35 dernières années, Michel D’Astous. Elle s’apprête à en vivre un troisième, mardi soir, lors de la diffusion du 96e et dernier épisode à l’antenne de TVA. 

L’auteure et productrice a connu un premier deuil en mettant fin à l’écriture, en 2020, disant alors au revoir à Anne-Sophie (Céline Bonnier), Bernard (Benoit Gouin), Raphaël (Jean-Philippe Perras) et toute la bande de colocs. Puis il y a eu la tristesse liée à la fin du tournage, le printemps dernier.

• À lire aussi: Dire au revoir à la famille

Mardi, alors qu’elle a pris l’habitude de suivre les intrigues en direct avec les téléspectateurs lors d’un Facebook Live, elle va dire un ultime au revoir à la galerie de personnages qu’elle a fait évoluer pendant cinq saisons. La finale s'annonce lumineuse pour la plupart d'entre eux.

«C’est toujours un petit vertige quand tu écris les derniers mots. Les téléspectateurs s’attachent et nous aussi. Maintenant, ça va être le deuil de diffusion et c’est tristounet», a dit Mme Boyer, qui se trouvait alors à Québec avec Michel D’Astous pour une retraite d’écriture après 18 mois de pause.

PHOTO COURTOISIE

«On a déposé quelques idées pour de nouveaux projets, ça fait un an et demi qu’on n’écrit pas. C’est le plus long arrêt de notre carrière de 35 ans. On est vraiment contents de s’y remettre», a-t-elle relaté.

Le couple professionnel a eu une année grisante au chapitre de la production, avec des séries à venir comme «Nous» et «L’homme qui aimait trop» (qu’ils ont écrit), mais aussi avec la troisième saison du docu-réalité «Si on s’aimait» et des séries comme «Piégés», «Campus» et «Après». Leur boite Duo Productions avaient en effet choisi de repousser quelques tournages, l’an dernier, au plus fort de la pandémie, si bien qu’il y a eu du rattrapage à faire en un cours laps de temps.

Leur nouvelle série de huit épisodes, écrite depuis un moment, est «L’homme qui aimait trop». Elle va se retrouver à Noovo en janvier.

Michel D’Astous et elle ne renoncent pas pour autant au format téléroman, ou série annuelle, car sur 24 épisodes ils peuvent développer plus en profondeur leurs personnages et créer un attachement durable avec les téléspectateurs qui leur ont toujours été fidèles, à travers des projets comme «Sous un ciel variable», «Le retour» ou «Yamaska».

«On approfondit beaucoup, même avec peu d’épisodes, mais tu vas développer une seule histoire sur cinq épisodes comme pour notre série "Mon fils". Tu ne peux pas suivre plusieurs familles comme dans "L’heure bleue"», a dit Anne Boyer, qui a commencé à écrire avec Michel D’Astous en 1986. C’était pour «Jeux de société», qui a atterri en ondes trois ans après le début de sa gestation.

Un attachement pour «Le retour»

Anne Boyer demeure attachée à leur téléroman «Le retour», qui mettait en vedette Angèle Coutu, Rita Lafontaine et Julien Poulin. Diffusé de 1996 à 2001 à TVA, il présentait une mère qui avait quitté sa famille, comme l’a fait Anne-Sophie dans «L’heure bleue», bien que les circonstances étaient fort différentes.

«Madeleine partait parce qu’elle était écœurée d’être mère et venait de perdre un bébé. Anne-Sophie, elle, essaie de retourner au travail après la perte de son fils, mais c’est là qu’elle comprend que ça ne se passera pas. Elle a besoin de quitter pour se retrouver. Anne-Sophie et Bernard, face à un même drame, les deux ont une réaction complètement à l’opposé. Bernard tient le fort, le commerce, la famille, il était coincé au départ et avait besoin d’être fort pour survivre à la mort de son fils.»

Le tout dernier épisode de «L’heure bleue» est diffusé ce mardi, à 20 h, à TVA.

Les comédiens remercient les téléspectateurs

Dans une vidéo dévoilée lundi, les principaux comédiens de «L’heure bleue» remercient les téléspectateurs de leur fidélité. Mustapha Aramis, Céline Bonnier, Benoit Gouin, Frédéric Lemay, Sylvie Moreau, Alice Morel-Michaud, Noémie O’Farrell, Jean-Philippe Perras, Jean Petitclerc, Nico Racicot et Mylène St-Sauveur se prêtent au jeu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.