/news/culture

Il est revenu le temps des cathédrales

Bruno Pelletier renouera avec le personnage de Gringoire, qu’il a interprété lors de la création de Notre Dame de Paris.

Photo d'archives

Bruno Pelletier renouera avec le personnage de Gringoire, qu’il a interprété lors de la création de Notre Dame de Paris.

Plus de 20 ans après avoir accroché le manteau de Gringoire, Bruno Pelletier retrouvera l’an prochain le célèbre personnage de Notre Dame de Paris pour un dernier tour de piste à travers la province. 

Au bout du fil, le chanteur l’avoue sans détour : l’idée de retrouver Gringoire après autant d’années est, disons-le poliment, vertigineuse. 

« J’ai un peu la chienne », avance-t-il en riant. 

« Mais c’est normal : c’est parce que je prends ça très au sérieux. J’avais 36 ans quand j’ai donné vie à Gringoire pour la première fois et j’en aurai 60 l’été prochain. Je ne suis plus le même homme. Et Gringoire non plus, dans un sens. L’approche va donc être différente et je ne veux pas décevoir les gens. Il faut que je sois à la hauteur du souvenir », poursuit Bruno Pelletier. 

Écoutez la chronique d'Anaïs Guertin-Lacroix au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio: 

Soudés à jamais  

Il faut dire que le chanteur et le personnage sont indissociables dans l’esprit de bon nombre de Québécois. On associe en effet plus les chansons Le temps des cathédrales ou encore Lune à Bruno Pelletier qu’à quiconque les ayant revisitées sur scène après lui. La bande originale et la captation du concert ont grandement contribué à les souder à jamais. 

Loin de lui l’idée de s’en plaindre. Au contraire, même. 

Bruno Pelletier, Gringoire

Photo Capture d’écran,Youtube

« Gringoire ne m’a jamais quitté. Je fais des chansons de Notre Dame de Paris dans tous mes spectacles depuis les 20 dernières années ; je sais que les gens ont envie d’entendre Le temps des cathédrales et il n’est pas question pour moi de bouder leur plaisir ni le mien », confie-t-il. 

« Je suis extrêmement fier d’avoir participé à la création de ce qui est devenu le plus gros show de l’histoire de la francophonie. Notre Dame de Paris, ça a changé ma vie. C’est ce spectacle qui m’a mis au monde en Europe et à l’international, qui m’a permis d’aller chanter partout dans le monde. J’en serai éternellement reconnaissant », ajoute-t-il. 

En alternance  

Il retrouvera ainsi les costumes de Gringoire, troubadour et narrateur de Notre Dame de Paris à compter de juillet prochain, d’abord à Moncton, puis à Ottawa, Montréal, Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières. Dans chacune de ces villes, il défendra le rôle en alternance avec Richard Charest, qui l’a à ce jour incarné à plus de 1200 reprises à travers la planète. 

Cette idée de partager le rôle – une pratique courante sur Broadway, souligne-t‐il – l’a d’ailleurs convaincu d’accepter ce dernier tour de piste.

« Notre Dame de Paris, c’est un projet qui est très demandant. J’en suis sorti un peu amoché vocalement, à l’époque, alors il était hors de question de reprendre le rôle pour six à sept concerts par semaine. Et c’est à Richard Charest que j’avais passé le flambeau quand j’ai quitté, à l’époque. Alors j’aime l’idée qu’il me le repasse aujourd’hui », explique Bruno Pelletier. 

À noter que les sites des diffuseurs préciseront qui de Bruno Pelletier ou Richard Charest incarnera Gringoire pour chacune des représentations, histoire de bien guider les fans au moment d’acheter leurs billets. 


Notre Dame de Paris sera présenté à la Place des Arts de Montréal à compter du 10 août, puis au Grand Théâtre de Québec dès le 25 août.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.