/news/society

Le programme de bourses bien accueilli en Estrie

Le syndicat de l’enseignement de l’Estrie s’est montré favorable, mardi, au plan de Québec qui prévoit octroyer des bourses de 2500 $ par session aux étudiants afin de pallier à la pénurie de main-d’œuvre en éducation et dans d’autres secteurs.

• À lire aussi: «Opération main-d’œuvre»: 475$ par semaine pour étudier dans des secteurs où il y a pénurie

L’organisation juge cependant qu’il faudra aussi favoriser les mesures de rétention du personnel en milieu scolaire.

L’Université de Sherbrooke (UdeS), de son côté, a assuré qu’elle voit déjà à augmenter la capacité d’accueil des programmes ciblés par Québec pour l’automne 2022.

La fédération étudiante de l’UdeS, de son côté, voit une certaine forme de discrimination dans le programme de bourses provinciales, puisque celui-ci favorise des programmes en santé, en éducation ou en génie déjà forts populaires en raison des débouchés et des emplois bien rémunérés.

Les entreprises manufacturières sont aussi durement éprouvées par la pénurie de main-d'oeuvre.

En Estrie, le taux de postes vacants en 2021 est de 5,3%, tandis qu’on estime qu’environ 28 700 emplois seront à combler dans la région d’ici 2023.

L'une des mesures consiste à offrir des incitatifs sans pénalités fiscales aux retraités qui accepteront de revenir travailler, ne serait-ce qu'à temps partiel.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.