/news/coronavirus

Les passagers aériens, sauf ceux provenant des États-Unis, devront être testés à leur arrivée

Tous les voyageurs arrivant de l’international - sauf à partir des États-Unis - devront désormais se soumettre à un test de dépistage de la COVID-19 à leur arrivée au pays, qu’ils soient doublement vaccinés ou pas, citoyens ou pas, a annoncé Ottawa mardi.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Nouveau variant Omicron: de la nécessité de vacciner toute la planète

• À lire aussi: Omicron: des symptômes étonnamment très différents du variant Delta

Ceux-ci devront par la suite s’isoler jusqu’au retour d’un résultat de dépistage positif, ont détaillé les ministres fédéraux de la Santé et des Transports, Jean-Yves Duclos et Omar Alghabra, qui ont ajouté de nouvelles mesures à celles annoncées vendredi pour lutter contre la propagation du variant Omicron.

Les règles ne changent pas pour les non-vaccinés, qui devront subir une quarantaine de 14 jours, peu importe le résultat du premier test subi à leur arrivée.

M. Duclos n’a pas exclu la possibilité d’étendre cette nouvelle mesure aux voyageurs provenant des États-Unis, par la frontière terrestre ou aérienne. Ce dernier devait rencontrer les provinces en début de soirée pour voir «comment cela pourrait se faire».

De nouveaux pays visés

Par ailleurs, le ministre a confirmé l’ajout de l’Égypte, du Nigéria et du Malawi à la liste des pays africains visés par des restrictions frontalières. La liste comprenait déjà, depuis vendredi, l’Afrique du Sud, l’Eswatini, le Lesotho, le Botswana, le Zimbabwe, le Mozambique et la Namibie.

Les étrangers ayant transité dans un de ces dix pays dans les 14 jours précédents l’arrivée prévue au Canada se verront refuser l’entrée, a réitéré le ministre Duclos.

Les Canadiens et les résidents permanents dans la même situation pourront entrer au Canada, mais devront s’isoler dans un lieu désigné, comme des hôtels reconnus, par exemple, jusqu’à la réception d’un résultat de test. Si le résultat est négatif, ces voyageurs pourront s’isoler à la maison, mais devront tout de même compléter leurs 14 jours de quarantaine.

Le test de dépistage obligatoire à faire 72 heures avant l’arrivée au Canada devra être fait à partir d’un autre pays que ceux inscrits sur la liste.

Étant donné la vitesse à laquelle les choses évoluent dans le contexte du nouveau variant, le ministre a averti les Canadiens que les règles de voyage pourraient changer rapidement.

De la pression sur la troisième dose

Dans un autre ordre d’idée, le ministre Duclos a demandé au Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) de fournir régulièrement au gouvernement fédéral des directives à jour sur l’«utilité» des doses de rappel.

Cela a pour but de déterminer quelle serait la stratégie la plus efficace pour l’administration de cette troisième dose, alors que s'approche la période de Noël et que progresse lentement le variant Omicron.

M. Duclos a rappelé qu’est entrée en vigueur mardi la politique obligeant la démonstration d’une preuve de vaccination pour tous les voyageurs à bord de trains et d’avions au Canada.

«C’est une excellente mesure qui arrive tout à fait à point», a-t-il déclaré.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.