/finance/homepage

Un fabricant de robots de Trois-Rivières en quête de main-d'œuvre

Un fabricant de robots-soudeur de Trois-Rivières qui produit des machines destinées à soulager les manufacturiers en pénurie de travailleurs se retrouve lui-même à devoir rechercher de la main-d’œuvre.

• À lire aussi: «Opération main-d’œuvre»: 475$ par semaine pour étudier dans des secteurs où il y a pénurie

• À lire aussi: Wall Street chute, ébranlée par Omicron et des propos de la Fed

• À lire aussi: Pénurie de main-d'œuvre au Saguenay: de plus en plus de commerces fermés le dimanche

La demande à l'échelle mondiale pour ses robots est tellement forte qu'AGT Robotics a mis en chantier une importante expansion visant à doubler la taille de ses installations. L'investissement est de près de trois millions de dollars.

Le carnet de commandes de l’entreprise pour 2022 est plein, au point où les délais de livraison s'étirent jusqu'en 2023. Or, le défi sera de trouver une quinzaine d'employés additionnels pour faire tourner l’usine.

«C'est la pénurie de main-d'œuvre; avec l'augmentation de notre carnet de commandes, c'est un peu une tempête parfaite présentement», a constaté Louis Dicaire, copropriétaire d'AGT.

Le fabricant de structures industrielles Canmec, implanté à Saguenay, fait partie des clients qui ont acquis un robot trifluvien. Les résultats sont jusqu'ici probants. L'automate permet d'atténuer l'impact du manque de soudeurs.

«On préfère toujours engager des gens, donc c'est juste une façon pour nous de venir combler ce besoin-là», a observé Tommy Gagnon, responsable des technologies chez Canmec.

Pour Innovation et développement économique Trois-Rivières, la tendance, quoique moins forte en Mauricie et au Québec, est à la robotisation industrielle. «Les produits d'AGT, ses robots-soudeur, deviendront définitivement une solution potentielle pour régler en partie les problèmes de recrutement», a confié le directeur de l’organisme, Mario De Tilly.

AGT Robotics n'a qu'un seul concurrent dans la fabrication de cellules de soudure robotisées, qui se trouve en Autriche. La demande pour les robots «made in Trois-Rivières» provient du Canada et des États-Unis, mais aussi d'Australie, de Nouvelle-Zélande et d'Europe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.