/news/politics

Grèves dans les CPE: Legault met de la pression sur les syndicats

L’offre de Québec aux éducatrices est très généreuse, estime François Legault. Mais les syndicats ne communiquent pas l’information à leurs syndiquées, selon le premier ministre.  

• À lire aussi: La grève générale illimitée s'amorce dans 400 CPE

« On a une offre qui est très raisonnable. D’ailleurs, c’est une offre qui rejoint les demandes des syndicats pour les salaires des éducatrices. Le problème, c’est les employés de soutien. 

 Les CPE, ce ne sont pas que des éducatrices, dit Lucie Longchamps 

«C’est important, parce que dans les assemblées syndicales puis dans les communications des syndicats, ça ne semble pas clair que le problème, c’est les employés de soutien pis que le problème des salaires des éducatrices à 30$ de l’heure, que ça, c’est réglé », a déclaré le premier ministre François Legault mercredi matin.  

Le salaire proposé de 29,22$ s’applique au dernier échelon, pour une semaine de quatre jours, contre 25,18 $ actuellement. Québec propose 30,47$ si les éducatrices acceptent de travailler cinq jours par semaine.  

À l’entrée, le taux actuel passerait de 19$ à 21,38 $ pour une semaine de quatre jours.  

 CPE : Dutrizac n’en revient pas que le gouvernement force la grève pour 6M$ (selon les syndicats) 

Toutefois, Québec n’envisage pas, pour le moment, d’imposer la loi spéciale pour forcer le retour au travail des syndiquées de la CSN, qui ont entamé ce matin une grève générale illimitée.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.