/news/world

L'élève qui a semé la mort dans son école décrit comme «sans pitié»

L'adolescent de 15 ans qui a semé la mort mardi dans son école au nord des États-Unis était «sans pitié», faisant preuve d'une détermination «à glacer le sang», a décrit mercredi le shérif chargé d'enquêter sur cette énième tragédie liée aux armes à feu aux États-Unis.

• À lire aussi: Un quatrième élève succombe à ses blessures dans le Michigan

• À lire aussi: Trois morts et huit blessés lors d'une fusillade dans une école du Michigan

«Il tirait sur les gens à bout portant, souvent en visant la tête ou la poitrine», a précisé Michael Bouchard. Le bilan des victimes, qui s'est aggravé mercredi, se monte à quatre morts et sept blessés par balle, presque tous âgés de 14 à 17 ans.

Le jeune meurtrier, arrêté sur place et identifié sous le nom d'Ethan Crumbley, pourrait passer le reste de ses jours en prison, car il sera poursuivi comme s'il était majeur, a annoncé la procureure locale Karen McDonald.

Ville traumatisée 

Les policiers sont convaincus que son attaque était «totalement préméditée», a ajouté cette responsable, qui a détaillé les chefs d'accusation dont devra répondre Ethan Crumbley, parmi lesquels «assassinats» et «acte de terrorisme». La fusillade, perpétrée dans un établissement scolaire d'Oxford, a profondément choqué cette petite ville de l'État du Michigan, au nord de la métropole de Detroit.

AFP

Le tireur, porteur d'un pistolet semi-automatique Sig Sauer calibre 9 mm, acheté quatre jours plus tôt par son père, a ouvert le feu peu avant 13h locales, progressant méthodiquement dans l'école secondaire et tirant notamment sur les portes des classes où s'étaient barricadés les élèves. Il a tiré au moins 30 balles.

«Il est clairement venu pour tuer des gens», a résumé sur CNN le shérif Bouchard, en ajoutant qu'il avait refusé d'expliquer les motifs de son équipée meurtrière.

Les identités des adolescents décédés ont été rendues publiques: il s'agit de deux filles âgées de 14 et 17 ans et de deux garçons âgés de 16 et 17 ans. D'autres jeunes victimes restaient hospitalisées mercredi, un enseignant de 47 ans légèrement touché à l'épaule ayant lui pu rentrer chez lui.

Les autorités envisagent des poursuites à l'encontre des parents du tireur, a fait savoir la procureure Karen McDonald. En plus du pistolet utilisé dans l'attaque, acheté vendredi à l'occasion des grandes promotions du Black Friday, des fusils ont été saisis au domicile familial.

AFP

Ethan Crumbley s'est préalablement entraîné avec le pistolet, publiant sur les réseaux sociaux des photos de l'arme et des cibles qu'il avait visées. Mardi, il aurait apporté l'arme dans son sac à dos, sans être inquiété. L'école secondaire d'Oxford ne dispose pas de portique détecteur de métaux, comme on en voit souvent aux États-Unis.

Il a ouvert le feu en sortant des toilettes avant d'arpenter les couloirs, alors que les élèves terrorisés se cachaient dans les salles de classe. 

«Nous savons qu'il a tenté d'entrer dans les salles, qu'il a fait feu sur les portes de plusieurs d'entre elles», a expliqué le shérif Bouchard.

«Droit au silence» 

Sept balles étaient encore dans le chargeur quand il s'est rendu aux policiers à l'intérieur de l'établissement, quelques minutes seulement après le premier appel au numéro d'urgence 911.

Placé en détention dans un centre pour délinquants mineurs, le tireur a «invoqué son droit au silence» après avoir reçu la visite de ses parents qui lui ont demandé de ne pas parler aux enquêteurs et ont pris un avocat, a expliqué la police. 

Ethan Crumbley fait l'objet d'une surveillance particulièrement stricte, les autorités craignant qu'il attente à ses jours.

Les six élèves blessés l'ont été à des degrés divers à la tête, au cou, à la jambe, à la hanche ou au torse.

L'une des victimes, une jeune fille âgée de 14 ans, est dans un état critique. Elle a été placée sous respirateur artificiel après avoir été opérée pour des blessures à la poitrine et au cou, avait indiqué mardi soir le shérif.

La tuerie a provoqué un choc dans la population et toutes les écoles du district resteront fermées pour la semaine. De nombreux élèves ont participé mardi soir à une veillée de recueillement.

AFP

 

Le shérif Bouchard a démenti mardi soir que ses services aient été au courant de menaces visant l'école. Il a aussi balayé des rumeurs selon lesquelles le tireur avait été victime de harcèlement ou qu'il ait eu des problèmes de discipline.

Les enquêteurs s'intéressaient mercredi à des «écrits» retrouvés à son domicile, dans lesquels il exprimait «ses pensées».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.