/finance/homepage

New York paiera 13,32 cents US du kw/h pour notre électricité

Photo d'archives, Agence QMI (Joël Lemay)

Hydro-Québec vendra son électricité à la ville de New York au tarif moyen du gros de 13,32 cents US du kw/h, ou quelque 30 milliards de dollars US sur 25 ans. 

C’est là quelques-uns des détails contractuels - tenus confidentiels jusqu’à présent - contenus dans les documents de plusieurs centaines de pages qu’a diffusés hier l’État de New York, dans le cadre d’un long processus de consultation publique sur la question.

On se rappellera qu’en septembre dernier, la gouverneure de l’État de New York avait annoncé que le contrat d’alimentation en électricité de la Ville de New York était décerné au consortium mené par Hydro-Québec.

Un contrat historique

Ce contrat de 25 ans, connu sous le nom de Champlain Hudson Power Express (CHPE), est considéré à ce jour comme le plus important projet d’exportation de l’histoire de la société d’État.

Selon les détails figurant dans le contrat signé entre Hydro-Québec et la New York State Energy Research and Development Authority, le tarif de gros offert à New York débutera à 9,75 cents US du kw/h (pour l’énergie, la puissance et le transport) dès la première année (2025), pour être indexé par la suite, de plus ou moins 2,5% par année.

À la dernière année de ce contrat de 25 ans, le tarif payé par New York à Hydro s’élèverait donc à 17,64 cents US le kw/h. Et pour toute la durée de cette entente, devant prendre fin en 2051, Hydro avance un prix moyen de 13,32 cents US le kw/h.

30 milliards sur 25 ans

En réaction à l’obtention du contrat par Hydro-Québec en septembre, le premier ministre du Québec Francois Legault avait laissé entendre sur Twitter que ce contrat avoisinait les 20 G$ US, une information qui n’avait jamais été confirmée par la suite.

Le contrat étant maintenant devenu public, Hydro-Québec parle aujourd’hui davantage d’un contrat de 30G$ US, auxquels devraient toutefois être soustraits des frais de transport, payables à Transmission Developers (TDI) son partenaire américain dont les infrastructures souterraines de 545 km permettront d’acheminer l’électricité jusqu’à New York.

Quelles sont les sommes qu’Hydro devra retrancher de ses revenus en frais de transport? Ce sont là, nous dit-on, des «informations tenues confidentielles» entre Hydro-Québec et TDI.

La même discrétion est de rigueur lorsque questionnée sur les profits qu’entend tirer la société d’État de ce contrat milliardaire. Sur ce, sa porte-parole parle d’une «rentabilité comparable» à celle que lui procurera son projet d’approvisionnement en électricité vers le Massachusetts, qui fait actuellement l’objet de litiges importants dans le Maine empêchant la poursuite de travaux de construction de la ligne de transport déjà autorisée.

Au Québec, les quelque 60 km de lignes souterraines envisagées entre La Prairie et Lacolle nécessiteront des investissements d’une «centaine de millions de dollars», selon les informations recueillies par le Journal en septembre dernier. Le Conseil des Mohawk de Kahnawà:ke sera copropriétaire avec Hydro-Québec de cette ligne

LE PROJET CHAMPLAIN HUDSON POWER EXPRESS EN BREF  

  • Capacité : 1250 MW  
  • Quantité : 10,4 TWh/an  
  • Durée du contrat : 25 ans  
  • Longueur de ligne de transport à construire au Québec : 60 km  
  • Longueur de ligne de transport à construire aux États-Unis : 545 km  
  • Mise en service : décembre 2025  
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.