/finance/homepage

Remplacements des CF-18: Les Super Hornets de Boeing écartés de la course

L’avionneur américain Boeing et son appareil Super Hornet ont été écartés de la course pour remplacer les CF-18 de l’Aviation royale canadienne, dont le contrat du gouvernement est évalué à 19 milliards $. 

Le Canada, qui cherche toujours à se procurer des dizaines de nouveaux avions de combat, a indirectement confirmé que Boeing n’était plus en lice, mercredi. Seuls les Gripen E de l’entreprise suédoise SAAB et les F35 de l’entreprise américaine Lockheed Martin étaient toujours considérés pour remplacer les CF-18 vieillissant, a fait savoir le gouvernement.

«Au cours des semaines à venir, le Canada mettra la dernière main aux prochaines étapes du processus. En fonction d’une analyse plus poussée des 2 propositions restantes, il pourrait s’agir de négocier les modalités définitives avec le soumissionnaire le mieux classé, ou encore d’entreprendre un dialogue concurrentiel pour permettre aux 2 derniers soumissionnaires de bonifier leur offre», a détaillé Services publics et Approvisionnement Canada.

La saga du remplacement des CF-18 de l’armée devrait normalement prendre fin avec l’attribution d’un contrat en 2022 à SAAB ou à Lockheed Martin pour l’acquisition de 88 nouveaux chasseurs multirôles. Les premières livraisons arriveraient ensuite en 2025.

Lockheed Martin fait ainsi un pas de plus vers la récupération du contrat qu’elle avait déjà obtenu des mains du gouvernement conservateur de Stephen Harper, qui avait investi des centaines de millions de dollars dans le développement du F-35.

Lors de son arrivée en pouvoir en 2015, Justin Trudeau avait résilié l’entente visant à acheter 65 F35 en raison des dépassements de coût faramineux du programme.

Le montant évoqué par les conservateurs en 2010 pour l’achat et l’entretien des avions oscillait autour de 25 milliards $, mais avait grimpé à plus de 45 milliards $ en 2014 selon un rapport de la Défense nationale.

Le gouvernement Trudeau avait jonglé après son arrivée au pouvoir, avec l’idée d’acheter des Super Hornets à Boeing à la place des F-35, mais ce plan avait avorté en raison du conflit qui opposait l’avionneur à Bombardier dans le dossier de la C-Series.

Ce conflit commercial, marqué par l’imposition de droits compensatoires de 300 % sur les avions de Bombardier par le gouvernement américain, avait d’ailleurs, ultimement, obligé l’entreprise montréalaise à céder sa division aéronautique à Airbus.

Entretemps, cette saga de plus d’une décennie a coûté des milliards de dollars à l’armée pour entretenir et moderniser les CF-18 vieillissants. Le Canada a même dû acheter 18 F-18 d’occasion à l’Australie, ainsi que des lots de pièces détachées, pour un montant de 1 milliard $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.