/news/currentevents

Urgence fermée: un homme décède après avoir attendu plus de deux heures

Un homme de Senneterre, en Abitibi-Témiscamingue, est décédé, dans la nuit de mardi à mercredi, après avoir attendu plus de deux heures pour recevoir de l’assistance médicale en raison de la fermeture de l'urgence de l'hôpital de la municipalité la nuit.

• À lire aussi: Fermeture de l’urgence de Senneterre: le ministre Pierre Dufour sort de son mutisme

• À lire aussi: La pénurie de personnel inquiète les infirmières d’urgence

• À lire aussi: La fermeture de l’urgence de Senneterre: une décision qui met à risque la santé de toute une population

Une situation qui aurait pu être évitée si les services d’urgence offerts à la population étaient encore disponibles à temps plein. Depuis presque deux mois, l’urgence n’offre des services que huit heures par jour.

L’homme a appelé les secours en pleine nuit le 30 novembre et a attendu pendant plus de deux heures avant de recevoir de l’assistance. Il est décédé avant de se rendre à la table d’opération, peut-on lire dans un communiqué diffusé par la Ville de Senneterre.

Au moment de l’appel, l’ambulance qui desservait le secteur était déjà en route vers Val-d’Or, transportant un autre patient. C’est finalement le service ambulancier de Barraute, une municipalité qui se trouve à une vingtaine de minutes de route de Senneterre, qui a été déployé pour répondre à l’appel.

La découverture ambulancière est un enjeu décrié par la Ville depuis déjà quelques semaines et comporte des risques importants pour les citoyens, déplore la mairesse de Senneterre, Nathalie-Ann Pelchat.

«C’est particulièrement triste de voir que la peur que nous avions se concrétise aussi rapidement. On savait que ça arriverait, on ne savait seulement pas quand. Aujourd’hui, c’est toute une communauté qui est en deuil», a déclaré la mairesse dans le communiqué émis par la ville. 

La Ville de Senneterre s’est engagée à poursuivre ses démarches pour assurer une réouverture de son urgence le plus rapidement possible. 

Elle a également demandé au gouvernement de mettre en place des mesures concrètes qui éviteront toute découverture ambulancière pendant que des solutions sont recherchées.

«Malgré la collaboration du CISSSAT pour trouver des solutions et recruter la main-d’œuvre manquante, le travail ne se fait pas assez rapidement. [...] Il faut absolument que le ministre de la Santé et des Services sociaux et la PDG du CISSSAT revoient les modalités du plan de contingence pour assurer à la population un accès à des services de proximité qui répondent à leurs besoins», a ajouté la mairesse.

Écoutez l'entrevue de Marianne Genest, Fille de Richard Genest, qui est décédé après avoir attendu plus de deux heures pour recevoir de l’assistance médicale sur QUB Radio avec Benoit Dutrizac:

En soirée, mercredi, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, a indiqué être fâchée de la situation. 

«Je n’ai pas de mots pour exprimer la colère que je ressens face à cette situation qui était prévisible. J’ai vu la détresse dans le regard des gens de Senneterre, une communauté mobilisée pour trouver des solutions, mais qui n’a pas été écoutée», a-t-elle publié sur son compte Twitter.

Écoutez la rencontre Dutrizac-Dumont au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio: 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.