/news/coronavirus

Vers un durcissement des procédures de test pour entrer aux États-Unis

Washington souhaite des conditions de test plus strictes pour les voyageurs entrant sur le territoire américain, et envisagent l'instauration d'une quarantaine à l'arrivée aux États-Unis, selon des responsables sanitaires, inquiets face à la propagation du variant Omicron.

• À lire aussi: Variant Omicron: cas et restrictions se multiplient

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Ces mesures pourraient être officiellement annoncées jeudi par le président américain Joe Biden, qui doit présenter sa stratégie pour affronter l'épidémie de COVID-19 cet hiver.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays, ont déclaré travailler à réduire le délai pour effectuer un test à un seul jour avant de prendre l'avion, pour tous les passagers, quel que soit leur statut vaccinal.

Pour le moment, le délai est de trois jours pour les personnes vaccinées. Il est déjà d'un jour pour les Américains non vaccinés, ou les mineurs étrangers non vaccinés (les adultes étrangers non vaccinés ne peuvent plus du tout entrer aux États-Unis).

L'agence sanitaire envisage également des mesures «concernant des tests après l'arrivée et une quarantaine volontaire», avait déclaré mardi la directrice des CDC, Rochelle Walensky.

Selon le Washington Post, le gouvernement envisage de rendre obligatoire un test dans les trois à cinq jours après l'arrivée sur le territoire, ce qui n'est actuellement que recommandé.

Surtout, de même source, l'administration planche également sur l'instauration d'une quarantaine de sept jours pour tous les voyageurs à leur retour, y compris les Américains. Le quotidien américain note que des amendes pourraient être imposées aux contrevenants à cette mesure, qui promet d'être controversée si elle voit le jour.

Le président américain Joe Biden a par ailleurs déclaré mardi que les États-Unis évalueraient leur politique de fermeture des frontières «semaine après semaine» face au nouveau variant. Washington a d'ores et déjà interdit l'entrée sur le territoire américain de personnes venant de huit pays d'Afrique australe, après le signalement d'Omicron.

Ce dernier, déjà présent dans environ 20 pays, n'a pas encore été détecté aux États-Unis, où le variant Delta reste ultra-dominant.

Mais Omicron inquiète les experts car il présente de nombreuses mutations qui sont susceptibles de le rendre plus contagieux, et surtout potentiellement davantage résistant à l'immunité conférée par les vaccins. Des études sont en cours pour déterminer si c'est effectivement le cas, et dans quelle mesure, mais les premiers résultats ne devraient être disponibles que dans les prochaines semaines.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.