/regional/estduquebec/basstlaurent

Décès à Senneterre : vives craintes dans l’Est-du-Québec

Le décès d'un homme de Senneterre en Abitibi qui a attendu l'ambulance pendant deux heures en raison d'une rupture de service suscite bien des réactions dans l'Est-du-Québec. Les inquiétudes sont vives, autant chez les ambulanciers que dans la sphère politique, que pareil drame ne survienne à nouveau.

• À lire aussi: Décès à Senneterre: l’homme aurait pu mourir même s’il avait été vu plus tôt

• À lire aussi: Le coroner fera enquête sur le décès de Richard Genest

• À lire aussi: «C’est triste, mais si son décès peut servir à faire bouger les choses»

Les découvertures médicales fréquentes notamment dans la Matanie, la Matapédia, le Témiscouata, même sur la Côte-Nord aux Escoumins et à Port-Cartier, viennent nourrir ces craintes. 

Par exemple, l’Hôpital de Matane a été pendant près 87 jours en rupture de service au département d’obstétrique faute de personnel. Cette situation oblige des transferts en ambulance vers Rimouski alors que les horaires de faction des paramédics fragilisent les services offerts à la population sur le vaste territoire. 

Jérémie Landry, paramédic, se dit inquiet. Il explique avoir choisi cette profession pour sauver des vies, mais il a l'impression de ne pas pouvoir faire pleinement son travail dû au système actuel. 

«C’est le patient qui est pénalisé dans tout ça. Et tant qu’il n’y aura pas de situations tragiques, je pense que ça va dormir, je ne crois pas que le ministère est prêt à investir les sous nécessaires pour abolir les horaires de faction et changer le système», affirme-t-il.

Les députés d’opposition, Joël Arseneau et Pascal Bérubé ont réagi en rappelant que la population de ces régions se trouve à risque. Les députés du Parti Québécois croient que la responsabilité d’agir revient maintenant directement au ministre de la Santé. 

« Il faut mettre un terme dès maintenant à cette approche qui réduit les soins de santé dans nos régions et qui réduit le Québec à de la médecine de brousse », affirme Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine. 

Pascal Bérubé, député de Matane - Matapédia croit quant à lui que le ministre de la Santé peut dès maintenant accorder les mêmes primes aux infirmières de la Matanie et de la Matapédia que celles octroyées à celles de la Gaspésie, en plus d’investir l’argent pour abolir les horaires de faction, bref dans les deux cas, ça ne dépend que de lui.  

Tous réclament une action politique avant qu'un autre drame ne survienne. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.