/regional/quebec/quebec

Le chef de police promet d'aller au «fond des choses»

Pacifique Niyokwizera résistait à son arrestation le soir où il a fait l’objet d’une intervention musclée près du Dagobert, selon le chef de la police de Québec, Denis Turcotte.

• À lire aussi: SPVQ: «Ces vidéos sont sorties de leur contexte», plaide la fraternité policière

• À lire aussi: Une troisième vidéo sous la loupe du SPVQ

• À lire aussi: Interventions musclées du SPVQ: une autre enquête en déontologie policière

Les policiers tentaient de disperser une quinzaine de personnes qui causaient du désordre dans le secteur à la suite de voies de fait causées à l’intérieur de l’établissement, a relaté le directeur du SPVQ.

Il y a eu en tout six arrestations, cinq en lien avec le règlement municipal pour avoir causé du désordre et une pour voie de fait sur un agent de la paix. 

«Ce que je peux vous dire aussi à ce moment-ci, c’est que dans les six arrestations, seulement deux ont résisté à leur arrestation. Donc, c’est ce qu’on a vu dans les premières séquences vidéos», a affirmé M. Turcotte.

Celui-ci n’a pas voulu préciser si le geste de lancer de la neige au visage d’un prévenu qui est maintenu au sol pouvait être une pratique acceptable.

Il a insisté sur l’importance d’analyser tous les faits reliés à cette affaire, particulièrement ce qui a pu se passer avant et après les séquences vidéos.

De manière plus générale, «la force est employée assez régulièrement quand les gens résistent à leur arrestation», a soulevé le directeur de police.

Il a réitéré sa pleine «confiance» dans les quelque 850 policiers de la Ville de Québec.

À propos des cinq agents suspendus avec solde, «suite à l’enquête on va pouvoir vous le dire» s’ils ont toujours la confiance de la direction, a-t-il ajouté.

Les suspensions ont eu l’effet d’une «onde de choc» au sein du service, a soutenu le policier.

Il a promis d’aller «au fond des choses» concernant les quatre événements qui ont été médiatisés, où l’emploi de la force a choqué de nombreux citoyens.

UN DES POLICIERS BEL ET BIEN IMPLIQUÉ DANS TROIS ÉVÉNEMENTS  

Par ailleurs, Denis Turcotte, a confirmé jeudi qu’un des policiers suspendus a été impliqué dans trois des quatre événements survenus dans les dernières semaines.

On ignore toutefois si cet agent est impliqué dans le quatrième événement survenu dans la ville et dont la vidéo a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, jeudi.

Rappelons que le 30 novembre, cinq policiers ont été suspendus dans la cadre de l’enquête interne menée par le SPVQ. Denis Turcotte a indiqué que les policiers ont été suspendus dans le but de «préserver l’intégrité» de l’enquête.

Le directeur du SPVQ n’écarte pas la possibilité de suspendre d’autres agents si nécessaire.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) est l’objet de nombreuses critiques à l'échelle de la province après les arrestations de Pacifique Niyokwizera, sur Grande Allée, et de Jean-Philippe St-Laurent, au Portofino de Sainte-Foy, où la force utilisée par les policiers en a fait sourciller plusieurs, dans la nuit de vendredi à samedi.

Le SPVQ a ouvert des enquêtes internes sur ces deux événements, tout comme le Commissaire à la déontologie policière. Aucun témoin rencontré ni policier n'a été rencontré jusqu’ici dans le cadre de l'enquête.

- avec TVA Nouvelles

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.