/regional/saguenay

La Guignolée des médias de retour au Saguenay-Lac-Saint-Jean

La Guignolée des médias a fait son grand retour dans les rues du Saguenay-Lac-Saint-Jean, jeudi. L'année dernière, la crise sanitaire avait forcé la mise en place d'une campagne en ligne.

• À lire aussi: Grand retour de la Guignolée des médias

• À lire aussi: Saguenay: les soupes populaires se préparent à la Guignolée des médias

• À lire aussi: Guignolée des médias: 1,5 million $ amassés jusqu’à maintenant

Un total de 264 396 $ a été amassé, jeudi. C'est un peu moins que le compte de l'an dernier, où 265 000 $ avaient été récoltés sur l’ensemble de la journée.

Dans les rues, il y avait pas mal de sourires et de générosité, car cette présence en personne était la bienvenue.

«Le contact est important. Il fait la différence, a estimé le coprésident d’honneur de la Guignolée pour la région, Mgr René Guay. L'an passé, les gens ont été super généreux compte tenu de la situation. Mais ce n'est pas la même ambiance cette année.»

Les nombreux bénévoles avaient hâte également au retour de cette opération. C’était le cas de Louise Têtu qui en était à sa 27e Guignolée.

«On a été un an sans venir. Et ça nous a manqué. Là, ce matin, on trouve assez que les gens sont généreux.»

Les gens peuvent aussi donner en ligne jusqu’au 31 décembre ou dans les établissements de santé. «On a constitué des équipes pour les dons», a indiqué la présidente-directrice générale du CIUSSS Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Labbé, aussi coprésidente d’honneur de la campagne.

Pour la première fois, il était aussi possible de payer par Interac. L’expérience au coin des rues Racine et Lafontaine à Chicoutimi a été profitable.

«Ça très bien été. Dans ce coin de rue là, on a récolté presque 700$», a expliqué le directeur général de la Soupe populaire de Chicoutimi, Bertin Riverin.

Dans la région, tous les dons servent à aider les sept soupes populaires en opération sur le territoire.

«La clientèle augmente dans les soupes populaires, a ajouté Mgr Guay qui est également évêque du Diocèse de Chicoutimi. L'inflation et le coût des aliments pour les familles, ce qu'on ne voyait pas autrefois.»

Julie Labbé estime que la crise sanitaire n’a pas aidé non plus. «La pandémie a vraiment exacerbé les besoins dans notre population. On a encore une personne sur six au Saguenay-Lac-Saint-Jean qui souffre d'insécurité alimentaire.»

L’année 2021 marque le 30e anniversaire d’une collecte semblable au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui a permis au fil des ans d'amasser près de 4 millions $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.