/news/politics

Mort d’un homme à Senneterre: «est-ce qu’on peut respecter le deuil de la famille?»

Si elle dit comprendre les nombreux questionnements qui entourent la mort d’un homme de 65 ans à Senneterre, Régine Laurent souhaite d’abord et avant tout qu’on respecte le deuil que doit maintenant faire la famille.

• À lire aussi: Décès de Richard Genest : «Aucun lien» avec la fermeture de l’urgence, Legault pointe les ambulances

• À lire aussi: Un «cheap shot» de Dominique Anglade

• À lire aussi: Homme décédé après avoir attendu deux heures: Dubé a une responsabilité dans sa mort, dit Anglade

«La première chose que j’ai envie de dire à tout le monde là est est-ce qu’on peut respecter le deuil de la famille, de la communauté?» dit-elle.

Régine déplore par ailleurs que l’ouverture de l’urgence «repose sur les épaules de deux infirmières», démontrant à quel point la situation est fragile en régions éloignées.

Heureuse que le coroner fasse enquête sur les événements, l’ex-infirmière écorche la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade.

«Ce matin, j’avais un malaise. Je n’étais pas fière de plusieurs des oppositions. Pourquoi? Parce que je me dis toujours je dois respecter l’autre pour garder ma propre dignité. Et ce matin, quand j’ai entendu madame Anglade, je trouvais qu’elle n’avait pas été digne. [...] Je pense que c’était d’aller trop loin pour de possibles gains politiques», critique-t-elle.

Enfin, pour Régine Laurent, la réalité des régions, notamment en ce qui a trait aux distances entre les différents hospitaliers, nécessite qu’il y ait plus d’ambulances sur le territoire et que les ambulanciers aient un plus grand pouvoir décisionnel.

Écoutez l'intégralité du billet de Régine dans la vidéo ci-dessus

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.