/news/currentevents

Une autre victime de la «pire courbe de Marieville»

Une jeune femme de 18 ans lutte pour sa vie après avoir été impliquée dans une violente collision frontale, jeudi matin, dans «la pire courbe de Marieville», selon des résidents de ce secteur de la Montérégie.

«Je suis déménagé ici au mois de mars et c’est au moins le sixième accident qui se produit dans cette courbe, directement devant chez moi», laisse tomber en entrevue téléphonique Jean-Sébastien Darche.

Ce père de trois enfants sortait ses poubelles vers 7 h lorsqu’il a été témoin de l’accident entre la voiture et la camionnette qui tirait une remorque, sur la route 227, à l’intersection du chemin de la Rivière-des-Hurons.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Accidents à répétition   

C’est d’ailleurs lui le premier à être allé porter assistance à la jeune conductrice très gravement blessée.

«Elle était inconsciente. On a réussi à la sortir, elle faisait des petits bruits, elle respirait, mais elle n’a jamais repris conscience», a raconté M. Darche.

La jeune femme a été transportée dans un hôpital de Montréal, où les médecins craignent pour sa vie.

Les deux occupants de la camionnette n’ont pas été blessés.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Pour Jean-Sébastien Darche, ce sixième accident en l’espace d’à peine 10 mois devant chez lui est la goutte qui fait déborder le vase. Peu de temps après la collision, il s’est rendu sur le site web du ministère des Transports du Québec afin de formuler une plainte officielle.

«Il faut qu’ils agissent rapidement. Ils attendent qu’il y ait combien de morts avant de faire quelque chose?», se demande le père de deux garçons de 10 et 11 ans et d’une fillette de six semaines.

«Récemment, je suis allé sortir un gars de son char qui venait de capoter et qui a fini dans course dans le champ. Je n’ai pas envie de passer mon temps à aller chercher des gens blessés dans leur voiture, ce n’est vraiment pas quelque chose d’agréable.»

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Abaisser la limite de vitesse   

La situation est à ce point problématique devant chez lui qu’il interdit à ses deux garçons de jouer sur le terrain devant sa résidence.

«On a acheté une maison en campagne pour avoir la quiétude et la tranquillité, mais présentement, c’est tout, sauf tranquille», a reconnu Jean-Sébastien Darche.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Le résident de Marieville souhaite que la limite de vitesse sur ce tronçon de la route 227 soit abaissée de 90 km/h à 50 km/h et que l’intersection soit éclairée adéquatement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.