/regional/estduquebec/cotenord

Des chariots d'hôpital passent dans la rue à Sept-Îles

Des employés de l’hôpital de Sept-Îles, en Côte-Nord, doivent traverser une rue avec des chariots pour livrer quotidiennement des repas dans un CHSLD. Cette situation qui perdure depuis septembre dernier est devenue intolérable avec l’arrivée du froid et de la neige.

La direction de l’hôpital espère un retour à la normale au milieu de la semaine prochaine. Quatorze fois par jour, des employés du service alimentaire traversent l’avenue Franquelin pour transporter nourriture et vaisselle entre l’hôpital et le Centre d’hébergement de soins longue durée.

«On part de la cuisine et on s’en vient dehors. On fait ça 10 fois par jour minimum, aller-retour. On en a jusque là», a vendredi indiqué à TVA Nouvelles le préposé au service alimentaire Steve Gaudreau en pointant au-dessus de sa tête.

Depuis trois mois, ils ne peuvent plus utiliser la passerelle reliant l'hôpital au CHSLD à la suite de travaux majeurs à deux ascenseurs.

Le 1er décembre, ceux-ci ont été remis en service, mais dès le lendemain, un bris est survenu à l’un d’eux. Le transport des chariots par l’extérieur a dû reprendre cette journée-là, en pleine tempête. Pour Annick Valcourt, c’est la goutte qui a fait déborder le vase.

«Ça fait trois mois qu’on fait ça. Je suis assez petite. Je me suis fait mal dans le dos la semaine passée. Je suis obligé de me faire traiter. Là, je recommence et je pousse encore là-dessus. C’est vraiment pas drôle de travailler comme ça. On est toutes épuisées. On est fatiguées et à bout. On dirait qu’on n’est pas écoutées et qu’on ne nous comprend pas», a-t-elle déploré.

Le directeur des services techniques du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Danny Gagnon, a affirmé que pour réaliser ces travaux majeurs, aucune autre option n’était possible.

«Ce n’est pas le scénario idéal, définitivement, de pousser du matériel à l’extérieur», a-t-il convenu.

Des mesures ont été mises en place pour faciliter le transport des chariots à l’extérieur et assurer la sécurité des employés pendant cette période de transition, dont l’ajout d’éclairage et l’installation d’un arrêt obligatoire.

Mais la distraction d’un automobiliste qui ignore le panneau d’arrêt et qui fait en plus une manœuvre interdite peut entraîner une situation dangereuse comme l'a constaté TVA Nouvelles vendredi.

La direction de l’hôpital estime que l’ascenseur défectueux devrait être réparé le 7 ou le 8 décembre. D’ici là, devant la possibilité de détérioration de l’état de la chaussée, des mesures pourraient être mises en place comme l’ajout de personnel supplémentaire pour le transport des chariots.

«Additionner des bras est l’élément qui peut faire la différence au niveau du travail, certainement. Je vais regarder avec mes chefs des installations pour voir les décisions qui seront prises pour s’assurer que le déplacement entre les deux installations est sécuritaire», a expliqué Danny Gagnon.

Appelée à réagir, la direction du CISSS a dit comprendre la déception des employés après des mois à subir les conséquences des travaux.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.