/regional/montreal/montreal

Fermeture de l’urgence à l’hôpital de Lachine: des inquiétudes après les événements de Senneterre

Plusieurs citoyens inquiets étaient rassemblés devant l’hôpital de Lachine, vendredi, pour réclamer la réouverture de l’urgence fermée la nuit et le soir depuis près d’un mois. 

• À lire aussi: Hôpital Lachine: ouverture prévue après les Fêtes

La mort de Richard Genest, imputée à la fermeture de l’urgence à l’hôpital de Senneterre, en Abitibi-Témiscamingue, a ravivé les craintes de plusieurs Lachinois. 

Le porte-parole du Parti Québécois en matière de santé, Joël Arseneau, a participé au rassemblement pour réclamer la réouverture de toutes les urgences qui ont été fermées dans la province. 

Il déplore d’ailleurs qu’un hôpital de la métropole soit forcé de fermer son urgence. 

«Une urgence, 24 heures par jour, sept jours par semaine, il me semble que dans la ville de Montréal, dans l'ouest de Montréal, qu'on ne puisse plus offrir ça, il y a quelque chose d'aberrant, de surréaliste», dénonce M. Arseneau. 

Si le CUSM a annoncé la semaine dernière que l’urgence de l’hôpital de Lachine rouvrira aux patients ambulatoires dès le 10 janvier, le Conseil des médecins de l’établissement trouve que c’est insuffisant. 

«Ils parlent d'une réouverture pour le 10 janvier, mais c'est juste pour les patients qui sont capables de se rendre à pied. Ce ne sont pas des gens vraiment très malades. On n'est pas en clinique. On est une urgence», lance le Dr Paul Saba, président du Conseil des médecins de l’Hôpital de Lachine. 

- d’après les informations de Catherine Bouchard

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.