/news/currentevents

Une grand-mère aurait été abattue devant chez elle

Une grand-mère de 80 ans est morte dans des circonstances nébuleuses devant son domicile d’un quartier paisible de Coaticook, en Estrie.

À première vue, les policiers croient que la femme aurait été victime d’un homicide. La Sûreté du Québec dit ne rien avoir de nouveau à rapporter, l’enquête se poursuit et il n’y a toujours pas eu d’arrestation dans ce dossier.

L’octogénaire aurait été retrouvée vers 11h30 par son gendre, couchée au sol, blessée et inanimée. 

Celui-ci aurait tenté des manœuvres de réanimation en attendant les secours.

La victime serait Jeannine Ruel, selon nos informations.

Mme Ruel a été conduite à l’hôpital le plus proche, où son décès a été constaté quelques heures plus tard.

Quatre douilles  

Quatre douilles de projectiles d’arme à feu auraient été découvertes au sol par l’homme arrivé en premier sur les lieux.

« Tout porte à croire qu’il s’agit d’un homicide. Les enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ) ont la responsabilité du dossier », précise Marythée Bolduc, porte-parole du corps policier. 

Dans le cadre de l’enquête, un cabanon et des bacs pour les déchets ont entre autres été fouillés par la SQ afin de tenter de comprendre les circonstances exactes du décès.

Secteur tranquille  

C’est encore l’onde de choc à Coaticook. Plus de 24 heures après le meurtre de Jeannine Perron Ruel, ses voisins ont encore peine à réaliser ce qui s'est passé, encore plus de difficulté à comprendre pourquoi.

« C’est un coin hyper tranquille, où beaucoup de gens âgés restent. Je suis assez atterré de savoir que ça se passe dans notre petite ville », affirme le maire de Coaticook, Simon Madore. Des voisins ont dit n’avoir entendu aucune détonation ni aucun bruit suspect en lien avec les événements.

Un des voisins immédiats de la dame, Normand Coulombe, était pourtant chez lui et n'a rien entendu.

À la vue des ambulanciers, il a d'abord cru à un malaise cardiaque. C’est le gendre de la dame qui l’a informé qu’elle avait été tuée avec une arme à feu.

La victime s'apprêtait à entrer chez elle, et elle faisait probablement dos à son agresseur. Selon Renaud Tremblay, qui a appelé le 911, elle aurait été atteinte de projectiles à l'arrière de la tête.

Pour l'instant, la famille de Jeannine Perron Ruel préfère ne pas accorder d'entrevue et laisser les enquêteurs poursuivre leur travail afin de trouver son meurtrier.

En quête d'éléments de preuve, la SQ a fait appel, durant la journée, au maître-chien pour fouiller le boisé situé derrière la scène de crime.

La grand-mère de 80 ans revenait de l'épicerie jeudi avant-midi. C'est dans le stationnement arrière qu'elle a été abattue.

Pour l'instant, la famille de Jeannine Perron Ruel préfère ne pas accorder d'entrevue et laisser les enquêteurs poursuivre leur travail afin de trouver son meurtrier.

– Avec la collaboration d’Erika Aubin et de TVA Nouvelles

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.