/news/culture

Une rentrée montréalaise réussie pour Roxane Bruneau

Roxane Bruneau est montée sur scène jeudi à L’Olympia de Montréal.

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Roxane Bruneau est montée sur scène jeudi à L’Olympia de Montréal.

Son album se nomme peut-être Acrophobie, mais Roxane Bruneau doit commencer à être accoutumée aux plus hauts sommets : acclamée par le public et la critique, l’auteure-compositrice-interprète présentait son plus récent album pour la première fois au public montréalais, jeudi soir.

Après avoir entamé sa tournée québécoise au Capitole de Québec, la chanteuse nouvellement trentenaire ne s’offre pas un, pas deux, mais bien trois Olympia à guichets fermés. L’engouement est tel que deux dates supplémentaires ont été ajoutées en mars pour répondre à la demande montréalaise.

Les lumières de la salle qui soufflera bientôt ses 100 bougies ne s’étaient même pas encore éteintes qu’on pouvait déjà sentir – et surtout entendre – la fébrilité du public, qui réunissait les 7 à 77 ans.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

« Veuillez bien éteindre vos cellulaires, ou sinon Roxane trouvera l’adresse de votre maison et mettra le feu à vos poubelles », scande d’entrée l’annonceuse maison de l’Olympia, rappelant la grande place qu’occupe l’humour dans l’œuvre de Bruneau.

Apparaissant sur une scène juchée après une série de projections où elle enchaîne les confessions sur sa santé mentale et son amour pour son public, l’interprète féminine de l’année a droit à une première ovation debout... après un morceau, le titre éponyme d’Acrophobie.  

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Alliant « stand-up » et chanson, Bruneau souligne qu’elle a signé elle-même la mise en scène du concert. On serait curieux de sonder le public pour savoir s’il préfère ses blagues ou ses chansons, tant elles sont toutes deux bien reçues. La présence de quatre musiciens sur scène ne permet toutefois pas à son œuvre de se défaire de son homogénéité. Chaque morceau semble emprunter le même chemin pour atteindre la même destination, ce qui ne semble pas importuner le public pour autant.

Au programme

La chanteuse originaire de Delson en a d’ailleurs profité pour présenter un titre inédit, Le blanc des yeux, qui s’inscrit dans la même pop qui a fait sa renommée. Elle n’a pas pour autant ignoré ses plus grands succès, Aime-moi encore, Des p’tits bouts de toi et À ma manière, lauréate du Félix de la chanson de l’année. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

C’est n’importe quoi (Oulalala), chanson virale dont les paroles ont été écrites à partir de commentaires sur les réseaux sociaux, prouve le dévouement des amateurs de Bruneau, qui chantaient à tue-tête les traits absurdes de cette création pandémique. Seulement quatre ans après la publication de son premier album, Dysphorie, les admirateurs de celle qui cumule des dizaines de millions de visionnements sur YouTube demeurent omniprésents. Force est de constater que cela se produit autant en salle que sur les réseaux sociaux.


Roxane Bruneau présentera 45 autres spectacles dans le cadre de sa tournée Acrophobie, dont deux supplémentaires à Québec (18 et 19 février) et Montréal (4 et 5 mars).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.