/finance/consumer

CELI et REER: des armes d’enrichissement massif

Glass piggy bank of different size with golden coins. Fiinancial growth, deposit, investment and savings concept background.

Photo Adobe Stock

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et le régime enregistré d’épargne retraite (REER) souffrent toujours d’un problème d’image. 

Le REER est perçu comme une sorte d’abattoir, celui de nos plaisirs immédiats sacrifiés pour une lointaine et incertaine retraite. Le CELI est vu tel un dortoir, là où sommeille mollement notre épargne. 

Moi, je martèle que ce sont des outils pour décupler son argent. Les gens ne réalisent pas à quel point ces deux instruments permettent d’accélérer leur enrichissement, pour autant qu’ils osent investir avec audace. 

REER et CELI, même combat

Les REER et le CELI sont des coquilles dans lesquelles on peut ouvrir un compte de placements. À l’intérieur, les rendements s’accumulent à l’abri de l’impôt. Cela veut dire que l’investisseur peut négocier des titres, réinvestir ses profits, encaisser des dividendes et des intérêts sans se soucier du fisc. 

Ils ont chacun leurs caractéristiques, mais les deux débouchent sur des résultats similaires. Le REER a ceci de particulier qu’il donne droit à une déduction fiscale au dépôt et qu’il applique une ponction fiscale au retrait, contrairement au CELI (aucune déduction ni imposition). 

Avec le REER, si le taux d’imposition est plus élevé lors de la cotisation qu’au moment du retrait, il l’emporte sur le CELI en efficacité. Si le taux reste le même, le REER et le CELI produisent des fruits identiques. Si l’investisseur est imposé plus lourdement au décaissement du REER qu’au temps de l’accumulation, le CELI sort gagnant. 

L’effet de la fiscalité sur un placement dépend de la source du rendement : les intérêts et les dividendes sont imposés chaque année, les premiers à 100 %, les seconds, à environ 75 % (grâce à un crédit d’impôt). Les gains en capital sont imposables à 50 % et seulement l’année de la disposition, c’est-à-dire quand on revend l’actif à profit.

Concentrons-nous sur les gains en capital, d’où provient la majeure partie des rendements d’un portefeuille d’actions.

L’effet sur 1000 $

Quel est l’impact des abris fiscaux sur un investissement unique de 1000 $ (net) qui fructifie durant 20 ans à la vitesse de 6 % par année ? Encore une fois, pour les calculs, j’ai reçu l’aide du fidèle collaborateur Daniel Laverdière, de Banque Nationale Gestion Privée 1859, pour qui c’est le métier de transposer ce genre de réflexions dans un chiffrier Excel. 

Dissipons d’abord l’ambiguïté d’une cotisation « nette » dans un REER. Si un épargnant imposé à 40 % décide de se priver de 1000 $ dans l’immédiat pour investir dans un REER, ça veut dire qu’il aura cotisé 1667 $. Cette contribution déclenche un remboursement d’impôt de 667 $, d’où le coût net de 1000 $.

En 20 ans, ce 1667 $ est devenu 5345 $ grâce au rendement composé de 6 %. Une fois retranché un impôt de 40 % lors du retrait, il reste 3207 $. Voilà le résultat d’un investissement net de 1000 $ dans un REER. 

Le même placement de 1000 $ à 6 % dans un CELI, sans déduction au dépôt ni imposition au retrait, donne exactement 3207 $ après 20 ans.

L’investisseur de type « buy and hold » (acheter et conserver) qui aurait laissé fructifier son portefeuille de 1000 $ durant 20 ans sans y toucher (peu probable dans la vraie vie) se retrouverait quant à lui avec 3207 $, une somme réduite à 2776 $ après le passage du fisc.

Pour un petit 1000 $, l’effet est énorme. Imaginez l’écart sur 40 ans pour un épargnant qui maximise chaque année son CELI ou son REER ou les deux !

Un jeune qui remplit sans relâche son CELI dès l’âge de 18 ans et qui investit en actions a de bonnes chances d’approcher le million avant ses 65 ans. Même des placements plus prudents finiront par devenir un joli pactole. 

Ça part bien une retraite ! 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.