/news/politics

Coude à coude pour obtenir les juteux contrats d’Ottawa

Les centres de dépistage de la COVID-19 de Biron Groupe Santé aux arrivées de l’Aéroport Montréal-Trudeau.

Photo courtoisie

Les centres de dépistage de la COVID-19 de Biron Groupe Santé aux arrivées de l’Aéroport Montréal-Trudeau.

Alors qu’Ottawa a réintroduit cette semaine les tests de dépistage de la Covid-19 dans l’ensemble des aéroports du pays, plusieurs entreprises du secteur de la santé mènent en douce une guerre de tranchées afin de se voir octroyer les juteux contrats associés à cette nouvelle directive fédérale.

• À lire aussi: Des tests d’autodépistage COVID-19 pour les Québécois d’ici Noël

« C’est certain que ce sont de gros contrats. Quiconque œuvre déjà dans cette industrie – et n’est pas déjà à bout de souffle – va tenter sa chance. C’est notre cas, et je peux vous assurer que nous ne sommes pas les seuls », affirme le patron d’une entreprise du secteur, ayant accepté de nous parler contre la promesse de taire son nom afin de ne pas nuire à ses chances d’être retenu par Santé Canada. 

La découverte au Canada de traces du variant Omicron chez des patients infectés à la Covid-19, a poussé le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, à ordonner mardi la reprise des tests de dépistage pour l’ensemble des visiteurs arrivant au pays par voie aérienne, qu’ils soient vaccinés ou non. 

Les passagers aériens, même vaccinés, doivent également s’isoler le temps d’obtenir un résultat négatif au test de dépistage effectué à leur arrivée au Canada. Ils n’auront toutefois pas à s’isoler dans un hôtel autorisé par le fédéral dans l’attente du résultat ni à faire une quarantaine de 14 jours, comme pour les non-vaccinés.

Une seule québécoise

À l’Aéroport Montréal-Trudeau, le troisième aéroport en importance au pays, après ceux de Toronto et de Vancouver, au moins trois entreprises privées ont été impliquées jusqu’à présent – avec plus ou moins de succès – dans les opérations de dépistage de la Covid-19. 

Switch Health, Dynacare et Biron Groupe Santé sont les principales. Ce sont aussi celles qui luttent afin de remporter le plus récent appel de propositions de Santé Canada, visant la prise en charge de l’explosion soudaine des besoins de tests PCR (ou moléculaires) à toutes les frontières canadiennes.

Du nombre des sociétés en lice, seule Biron a ses racines au Québec. L’entreprise de Brossard, propriété de la famille Biron, s’est vite retrouvée impliquée dans les activités de dépistage au début de la pandémie. On l’a vue à Montréal--Trudeau pour tester les visiteurs arrivant au pays, puis pour tester ceux, ensuite, qui requéraient de tels dépistages avant de s’envoler pour l’Europe.

Dynacare, de Brampton en Ontario, est aussi sur les rangs. Depuis août dernier, c’est à elle que le gouvernement fédéral a confié la responsabilité des tests Covid des voyageurs arrivant au Québec de l’étranger, tant aux frontières terrestres qu’aéroportuaires.

La propriété de l’américaine LabCorp, cotée à la Bourse de New York, a connu cependant sa part de difficultés, en particulier pour le respect des délais et l’accompagnement à distance des voyageurs par visioconférence.

Branchée sur Ottawa

Mais la plus sérieuse rivale de Biron et Dynacare est sans doute la torontoise Switch Health, véritablement apparue en 2020. 

Services unilingues anglais, délais d’attente déraisonnables, prélèvements égarés... Nos reportages avaient mis en lumière de multiples lacunes dans ses services et l’ouverture d’une enquête du Commissaire aux langues officielles.

Serait-ce suffisant pour la disqualifier ? D’aucuns en doutent ; le principal mérite de ses fondateurs étant de savoir bien s’entourer. Parmi ses plus proches conseillers figure, entre autres, l’ex-ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose. 

Mais ce n’est pas tout. Fin octobre, l’ex-PDG d’Air Canada, Calin Rovinescu, s’est joint à Switch Health à titre d’investisseur et de conseiller principal. Quelques jours plus tard, Marshall Myles, ex-PDG de Skyservice Business Aviation, se joignait aussi à Switch Health à titre de président. 


Trois grandes entreprises du secteur de la santé s’affrontent pour décrocher les contrats fédéraux de dépistage de la COVID-19 et du nouveau variant Omicron. 

Dynacare  

  • Siège social : Brampton, Ontario 
  • Propriétaire : LabCorp, États-Unis   

Biron Groupe Santé  

  • Siège social : Brossard 
  • Actionnaire principale : Caroline Biron, présidente   

Switch Health  

  • Siège social : Toronto, Ontario 
  • Actionnaires : Dilian Stoyanov, Calin Rovinescu, Marshall Myles, etc.   

Possible de se faire tester dans des pharmacies  

Vous vous apprêtez à partir à l’étranger pour des vacances ou le travail ? Et comme c’est toujours le cas, les choses se bousculent alors même qu’il vous faut planifier un test de dépistage de la Covid-19 ? Sachez qu’un « ami » a pensé à vous.

Les pharmacies Jean Coutu et Brunet, deux enseignes du groupe Metro, viennent de conclure une entente de partenariat avec Biron Groupe Santé afin d’offrir sur place un nouveau service de tests de dépistage par PCR aux voyageurs en partance du Québec.

À l’essai depuis peu, ce nouveau service doit être déployé dans 10 pharmacies d’abord, pour se voir étendu ensuite dans les pharmacies Jean Coutu et Brunet des quatre coins de la province. 

Le test de dépistage PCR (par prélèvement nasal antérieur), aussi appelé test moléculaire, est l’un des tests les plus acceptés dans le monde. Une fois prélevé en pharmacie, l’échantillon sera analysé dans les différents laboratoires de Biron, qui promet la transmission du résultat dans les 48 heures suivantes.

Même prix qu’au labo

Patrick Lauzon

Photo tirée de Twitter

Le Groupe Biron n’est pas peu fier de ce partenariat qui aura pour effet de faciliter l’accès au dépistage aux Québécois. « Des initiatives de la sorte sont primordiales afin de permettre à la collectivité de reprendre le cours de sa vie normale et de cohabiter en toute sécurité avec le virus qui fait maintenant partie de notre réalité, qu’on le veuille ou non », affirme Patrick Lauzon, vice-président marketing et innovation de Biron.

Les tests PCR, ainsi offerts en pharmacie, se détaillent au même prix que dans l’ensemble des points de services de Biron Groupe Santé, incluant celui de l’Aéroport Montréal-Trudeau. On parle de 149 $, auxquels des pharmaciens pourraient choisir d’ajouter des frais de service.

Pour l’heure, les pharmacies Jean-Coutu et Brunet du groupe au Nouveau-Brunswick et en Ontario ne font pas partie de l’initiative. « C’est la première étape du déploiement des services de dépistage dans nos réseaux. Elle vient consolider notre offre santé voyage déjà existante », affirme Nathalie Plante, vice-présidente, pharmacie et soins de santé de Jean-Coutu et Brunet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.