/news/currentevents

Fin du blocage ferroviaire à Saint-Lambert

Les quelques dizaines de manifestants qui ont bloqué, samedi, la voie ferrée du Canadian National à Saint-Lambert ont quitté les lieux dans l’après-midi. Ces derniers étaient présents pour appuyer la nation autochtone Wet’suwet’en dans sa lutte contre le gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique.

«Nous bloquerons des infrastructures de transport essentielles à l'économie canadienne tant que la GRC sera sur le territoire des Wet'suwet'en et que la construction du gazoduc Coastal GasLink se poursuivra», a expliqué par communiqué Marianne Côté, une militante du groupe Anticolonial Montréal.

Thierry Laforce / Agence QMI

«C'est important que des allochtones prennent des initiatives pour répondre à l'appel à la solidarité avec les Wet'suwet'en et perturbent la vie économique et politique canadienne sans répit», a estimé Mme Côté en appelant les mouvements écologistes et de défense des droits des territoires à l’action.

Les manifestants se sont ralliés autour du slogan «shut down kkkanada», tôt samedi matin. Des bûches de bois pour alimenter des feux de camp avaient même été amenées sur place alors que les militants se préparaient à demeurer longtemps sur place.

Thierry Laforce / Agence QMI

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil, qui était sur place pour encadrer la manifestation, est intervenu dans l’après-midi afin de disperser les manifestants qui sont finalement partis d’eux-mêmes.

Le service de train de banlieue d'Exo, qui exploite la ligne Montréal-Mont-Saint-Hilaire sur cette voie ferrée, n’a pas été perturbé puisqu’il n’est pas offert la fin de semaine.

Thierry Laforce / Agence QMI

Pas une première     

Ce nouveau coup d’éclat, qui survient après quelques semaines tendues sur le territoire Wet’suwet’en, n’est pas sans rappeler la vague de blocages qui avait paralysé le réseau ferroviaire canadien à l’hiver 2020, tout juste avant le début de la pandémie.

À l’époque, des blocages ferroviaires avaient mis à mal le transport de marchandises, notamment en raison d’un important lien ferroviaire en Ontario qui bloquait la route du CN vers le Québec et les Maritimes. Ces blocages étaient arrivés tout juste après une grève des cheminots, qui avaient causé des pénuries dans la province, notamment pour le propane.

Ces derniers temps, plusieurs manifestations ont éclaté sur le territoire de la nation Wet’suwet’en, dégénérant en affrontement avec la Gendarmerie royale du Canada qui a procédé à plusieurs arrestations au fil du temps.

Notamment, 15 personnes, dont deux journalistes, ont été arrêtées d’un seul coup le 20 novembre dernier.

Thierry Laforce / Agence QMI

Les militants opposés à la construction du gazoduc cherchent à bloquer des chemins d’accès pour les travailleurs et l’acheminement de matériaux, malgré des injonctions leur ordonnant de laisser cours.

Le gazoduc Coastal GasLink, long de quelque 670 km, doit permettre de transporter du gaz naturel albertain jusqu’à la cote britanno-colombienne, en vue de son exportation. L’infrastructure traverse cependant des territoires autochtones traditionnels, où une partie de la population est opposée au projet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.