/sports/homepage

Le CH s'incline en prolongation à Nashville

Nick Suzuki et Ben Chiarot ont réalisé des sommets personnels avec 24 min 4 s et 29 min 26 s de temps de jeu. Jake Allen a bloqué 40 tirs. Dominique Ducharme a pressé le citron avec ses meilleurs éléments, mais ce n’était pas assez pour sortir avec une victoire du Bridgestone Arena.

• À lire aussi: Jeff Gorton dévoile le plan pour Carey Price

À Nashville sans Carey Price, Jeff Petry, Joel Edmundson, Brendan Gallagher, Josh Anderson et Paul Byron, le Canadien partait à la guerre sans plusieurs soldats face aux Predators.

Cette équipe ressemblait à un groupe country qui obtient seulement la chance de jouer à 11 h du matin sur Broadway. On était loin d’un groupe avec un violoniste, un batteur, deux guitaristes, un bassiste et un chanteur à la grosse voix qui s’époumone au quatrième étage du Tootsie’s, un incontournable dans le berceau du country.

  

En plus de Suzuki et Chiarot, David Savard (25:32), Alexander Romanov (24:24) et Jake Evans (19:37) ont aussi atteint une marque personnelle pour le temps de jeu cette saison.Forsberg tranche

Dans un tel contexte, le CH a fait de son mieux. Mais ce n’était pas assez. Les Predators l’ont emporté 4 à 3 en prolongation.

Filip Forsberg a marqué le but vainqueur alors qu’il restait seulement 12 secondes en prolongation. Le Suédois a profité d’un relais parfait de Mikaël Granlund pour déjouer Allen.

« Jake a connu un fort match, a dit Forsberg. Je le connais bien puisque j’ai joué souvent contre lui alors qu’il était le gardien avec les Blues [de St. Louis]. Je crois que nous méritions cette victoire. »

Kulak, un but et un combat

S’il y a un aspect positif, le Tricolore (6-17-3) a montré un peu plus de caractère malgré la défaite. Brett Kulak a marqué son premier but de la saison en plus de livrer un rare combat à Luke Kunin en troisième période. Cole Caufield a également connu une sortie intéressante avec deux passes.

 À une époque pas si lointaine, la croyance populaire voulait qu’une bagarre puisse changer le rythme d’un match. Michael Pezzetta a relancé ce concept au début de la deuxième période. Il a redonné un brin d’énergie à ses coéquipiers en livrant un furieux combat à Mark Borowiecki, un défenseur qui n’a rien d’un doux. 

Avant de dire oui à l’invitation de l’ancien défenseur des Sénateurs, Pezzetta avait lourdement frappé Matt Benning derrière le but adverse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.