/finance/homepage

Vous voulez obtenir un reçu de stationnement? Call Toronto!

La sortie du stationnement du Centre Sheraton.

Photo Olivier Bourque

La sortie du stationnement du Centre Sheraton.

Un important gestionnaire de stationnements, Target Park, a repoussé l’anglicisation de Montréal à un autre niveau. Son service de bornes de paiement, entièrement automatisé, vous répondra seulement en anglais... directement de Toronto.  

Le Journal a tenté l’expérience par deux fois au Centre Sheraton, l’un des hôtels les plus en vue de Montréal où se tiennent plusieurs conférences, chaque semaine, qui regroupent tout le gratin politique et économique. 

Dans le stationnement intérieur, tout est automatisé et il n’y a aucun employé de Target Park. À l’entrée, le système prend en note le numéro de votre plaque d’immatriculation, et à la sortie, la borne de paiement indique le montant que vous devez payer. 

Mais lors de notre passage, la machine était incapable de fournir un reçu. En appuyant sur le bouton assistance, personne n’était en mesure d’assurer un service en français. 

« Pouvez-vous parler en anglais ? Je ne comprends pas ce que vous dites », nous a demandé un jeune homme, impatient, dans la langue de Shakespeare. Par plusieurs fois, notre interlocuteur met un terme à la discussion. 

Directement de Toronto 

Le Journal a tenté d’en savoir plus et il a été possible de confirmer que Target Park, dont le siège social est à Toronto, répond aux clients montréalais directement de la Ville Reine. 

« C’est bien désolant, plusieurs personnes se plaignent », nous a souligné une personne bien au fait du dossier.  

Le Journal a tenté de contacter Target Park par courriel, mais l’entreprise n’a jamais répondu. Le Centre Sheraton ne nous a pas rappelés. 

Notre journaliste tentant d’obtenir un reçu.

Photo Olivier Bourque

Notre journaliste tentant d’obtenir un reçu.

L’entreprise torontoise est bien présente à Montréal. Elle gère notamment des stationnements pour les résidents du Village olympique, un autre sur la rue Sherbrooke, et remplit un contrat sur la rue Queen. 

Target Park a déjà eu quelques employés, mais le service était minimal. « On nous disait toujours, call Toronto », nous a assuré une source bien au fait du dossier. 

L’an passé, Target Park a fait l’objet d’une plainte à l’Office québécois de la langue française portant sur la langue de service. L’OQLF est intervenu auprès de l’entreprise.  

Une tendance à venir ? 

Il faudra s’habituer à voir des stationnements entièrement automatisés et avec des services minimaux pour le client, selon le spécialiste en planification du transport Pierre Barrieau.  

« L’industrie a cherché à diminuer ses coûts d’opération et on voit de plus en plus des stationnements sans personnel. Si l’opérateur eTargest virtuel, ça peut causer des problèmes s’ils ne sont pas à Montréal », assure-t-il. 

Écoutez La Rencontre Daoust-Martineau avec Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :  

Heureusement, la très grande majorité des entreprises de stationnement conservent des points de service dans la langue officielle du Québec. Mais jusqu’à quand ? 

« Généralement, les grands opérateurs ont du service en français, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », conclut M. Barrieau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.