/finance/homepage

Devrait-on dépenser plus pour se nourrir?

Aux prises avec une hausse de leurs coûts de production et une pénurie de main-d’œuvre, des producteurs agricoles québécois demandent aux consommateurs qui le peuvent de dépenser plus pour se nourrir.

• À lire aussi: Un sommet depuis 2003: l'inflation s'invite au réveillon des Canadiens

• À lire aussi: La dinde a toujours la cote au Québec, mais nombreux sont les défis pour les éleveurs

• À lire aussi: Faut-il avoir peur de l'inflation?

C’est l’idée qu’a avancée la productrice de veaux de grain, Sophie Brodeur, en entrevue à LCN. 

Celle-ci souhaite voir les Québécois prioriser encore davantage l’achat local dans leur assiette.

«Je pense que ça serait important de revoir la proportion du budget qu’on accorde à l’alimentation», a affirmé Mme Brodeur.

Cette dernière se réjouit d’ailleurs de voir que de nombreux consommateurs se sont tournés vers les producteurs locaux depuis le début de la pandémie.

De plus en plus de clients y achètent directement leur nourriture; une situation qui réjouit Sophie Brodeur.

«Les producteurs ont répondu rapidement à cette demande-là, en espérant que l’engouement continue, parce que plus on vend aux consommateurs, moins il y a d’intermédiaires et plus notre marge est intéressante», explique la productrice de beaux de grain à la Ferme Réso.

Pour voir l’entrevue complète, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.