/news/world

Le droit à l’avortement en péril aux États-Unis

La présence d’une majorité de juges conservateurs fait craindre le pire en matière de droit à l’avortement aux États-Unis.

• À lire aussi: Les Américains, exceptions en matière d'avortement

• À lire aussi: La Cour suprême des Etats-Unis tentée de restreindre le droit à l'avortement

• À lire aussi: La Cour suprême semble pencher pour bloquer la loi du Texas restrictive sur l'avortement

«On a vraiment un contrepoids qui est très avantageux pour les conservateurs à la Cour suprême. 6 sur 9», mentionne Luc Laliberté de passage à LCN dimanche.

Ce débalancement a été causé en partie par les trois nominations de l’ancien président américain, Donald Trump, en seulement quatre années.

Pourtant en 1973, dans le jugement de Roe V. Wade, le droit à l’avortement avait été garanti.

«La stratégie dans quelques états dans les dernières semaines ne visait pas de renverser la décriminalisation de l’avortement. Depuis 1973, on peut recourir à un avortement, ce qu’on s’employait de faire chez les opposants au droit à l’avortement c’était d’en restreindre l’accès», explique le spécialiste.

Cela ne changeait pas certains états d’ajouter des conditions plus difficiles pour les patientes et des exigences très élevées chez certaines cliniques médicales.

«Ce qui est nouveau c’est que cette fois-ci, on est ouvert chez les juges à revoir la décriminalisation de l’avortement (...) ça fait des années que je couvre la politique américaine et c’est la première fois qu’on est aussi près de renverser ce jugement-là», explique M. Laliberté.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.