/news/world

Manifestation contre le candidat d'extrême droite Éric Zemmour

Quelques milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Paris pour dénoncer la candidature à l'élection présidentielle et le discours à leurs yeux «raciste» du polémiste d'extrême droite Éric Zemmour.

• À lire aussi: Zemmour promet la «reconquête» de la France devant une foule en délire

La manifestation, qui était considérée comme «à risque» par les autorités, a rassemblé 2200 personnes, selon la préfecture de police, près de 10 000, selon les organisateurs. La police a procédé à deux interpellations.

Éric Zemmour, ancien polémiste et éditorialiste télévisuel de 63 ans, s'est jeté mardi dans la course à la présidentielle après des mois de faux suspense et tenait son premier rassemblement de campagne dimanche près de Paris.

À quatre mois et demi de l'élection, le candidat, condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, affirme vouloir «sauver la France» et ses valeurs menacées selon lui par l'immigration et l'islam.

Avant que ne démarre le rassemblement, les manifestants se sont donné rendez-vous à l'appel d'une cinquantaine de syndicats, partis et associations, dans le quartier populaire de Barbès, habité par une forte communauté d'origine maghrébine, avant de défiler le poing levé et au cri de «Zemmour casse-toi, Paris n'est pas à toi».

Son rassemblement a finalement été déplacé à Villepinte, à une vingtaine de kilomètres de la capitale, à cause de «l'engouement populaire» et pour des raisons de sécurité, selon son entourage.

«Zemmour a fui Paris», s'est réjoui auprès de l'AFP Simon Duteil, porte-parole de l'Union syndicale Solidaires, «c'est important de montrer qu'on ne laisse pas faire le fascisme qui avance».

«Les idées d'extrême droite sont banalisées. Nous, on porte des idées humanistes», a estimé Jean-Luc Hacquart, un responsable de la CGT pour la région parisienne. «On s'engage contre les discours racistes (...) Paris n'appartient pas à ces idées-là», a renchéri Raphaël Arnault, porte-parole de la Jeune Garde.

Le cortège a terminé son parcours dans le calme à la Porte de la Villette, au nord de la capitale, là où devait initialement tenir son rassemblement le candidat d'extrême droite.

Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Christian Rioux, correspondant à Paris pour le quotidien Le Devoir sur QUB radio : 

D'autres militants hostiles au candidat d'extrême droite se sont eux regroupés à Villepinte, où 46 personnes, qui se trouvaient dans une zone interdite aux manifestations, ont été interpellées, selon la préfecture de police.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.