/news/law

41 mois à l’ombre pour un pédophile piégé par la SQ

Romolo Tavani - stock.adobe.com

Le pédophile piégé par la SQ dans un motel de Châteauguay au mois de juin 2020 alors qu’il croyait s’y rendre pour abuser sexuellement d’un enfant a écopé de 41 mois d'incarcération, lundi, au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

La procureure de la Couronne dans le dossier, Marie-Anne Tremblay, a souligné plusieurs facteurs aggravants lors des plaidoiries portant sur la sentence de Jean-Claude Noël, 71 ans.

«Le fait que monsieur ne soit pas allé chercher de l’aide alors qu’il se déclarait lui-même pédophile, la présence de l’antécédent judiciaire en semblable matière, la rapidité avec laquelle il a conclu l’entente avec l’agent d’infiltration», a-t-elle énuméré en s’adressant au tribunal.

Noël avait été piégé par un enquêteur de la SQ en 2020. Son compte Facebook avait été signalé puisque des photos de garçons mineurs en maillot de bain y apparaissaient accompagnées de commentaires à connotation sexuelle. L’enquêteur avait alors incarné une mère fictive qui lui offrait d’initier son fils de huit ans au sexe. Le pédophile avait été arrêté dans un motel de Châteauguay, croyant s’y être rendu pour rencontrer l’enfant.

L’individu n’a pas abusé d’un jeune garçon dans le cadre de l’opération. «[Mais] ces infractions-là, autant la production de pornographie juvénile que [celle] d’avoir [pris] une entente pour commettre [un crime], ce ne sont pas des infractions qui sont sans victimes», a estimé Me Tremblay, précisant qu’on mettait «des enfants à risque en commettant ces ententes-là, ces conversations-là».

L’avocate de la défense, Marie-Anne Carrier, a quant à elle noté comme un facteur atténuant le fait que Noël ait été agressé par un oncle dans son enfance, sans que cela n’excuse les gestes, a-t-elle précisé.

En plus de la peine de 41 mois d’incarcération, Jean-Claude Noël sera en probation pour trois ans au moment de sa libération et devra être inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels.

Si l’on soustrait la détention provisoire majorée de 801 jours, il reste 14 mois de prison à purger au pédophile.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.