/finance/homepage

Les voitures électriques vont supprimer jusqu'à 500 000 emplois dans l'UE

La politique actuelle d'électrification de l'automobile à marche forcée pourrait détruire jusqu'à un demi-million d'emplois d'ici à 2040 dans l'Union européenne parmi les équipementiers, selon une étude publiée lundi par l'Association européenne des fournisseurs automobiles (CLEPA).

• À lire aussi: Le «pick-up» électrique saura-t-il convaincre les sceptiques?

• À lire aussi: Achat d’une voiture électrique usagée: à quelles subventions avez-vous droit?

• À lire aussi: Le Salon de l’auto de retour à Montréal en janvier

Ce travail commandé aux consultants de PwC Strategy& «met en évidence les risques d'une approche exclusivement axée sur les véhicules électriques pour les emplois de centaines de milliers de personnes», a déclaré la secrétaire générale de la CLEPA, Sigrid de Vries, citée dans un communiqué.

Elle réclame une prise en compte de cet impact social dans les politiques publiques.

L'électrification pourrait aussi permettre de nouveaux recrutements, notamment dans les logiciels, la fabrication et l'assemblage des éléments de batteries, selon cette étude, ce qui réduirait la perte nette d'emplois à 275 000.

Mais cela suppose la création d'une filière européenne compétitive de batteries face aux champions asiatiques, et les activités nouvelles ne seront pas forcément localisées dans les mêmes régions ni les mêmes entreprises, souligne le lobby basé à Bruxelles.

La Commission européenne a proposé en juillet un projet de législation qui prévoit de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves dans l'UE à partir de 2035, ce qui entraînerait de facto l'arrêt des ventes de véhicules essence et diesel à cette date – y compris les versions hybrides et hybrides rechargeables – au profit des seules motorisations 100% électriques.

L'association d'équipementiers européens regroupe 3000 entreprises qui emploient 5 millions de personnes, dont les poids lourds du secteur comme Bosch, Faurecia, Schaeffler, Valeo ou ZF.

Ces entreprises, bien qu'engagées dans l'électrification des chaînes de traction automobiles, réclament «un cadre réglementaire ouvert à toutes les solutions disponibles, comme l'utilisation de technologies hybrides, d'hydrogène vert et de carburants renouvelables durables».

Elles assurent pouvoir ainsi concilier la préservation de l'emploi et la réduction des émissions de CO2, nécessaire pour lutter contre le changement climatique.

«Alors que les constructeurs automobiles ont une plus grande capacité à céder ou à délocaliser des activités pour compenser une perte d'activité dans le domaine des groupes motopropulseurs, les équipementiers automobiles peuvent réagir avec beaucoup moins d'agilité, car ils sont liés par des contrats à long terme avec les constructeurs automobiles», affirme l'association qui représente aussi «des centaines d'entreprises spécialisées et de PME».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.