/news/culture

Sept films biographiques qui ont suscité la controverse à leur sortie

Dreamgirls

Photo d’archives

Les controverses entourant la sortie du drame La Saga Gucci et celle de la comédie Aline nous rappellent à quel point les films biographiques font rarement l’unanimité auprès des proches et membres de la famille de la personne concernée. Voici sept biopics qui ont suscité la polémique au moment de leur arrivée en salle.

Dreamgirls  

Dreamgirls

Photo d’archives

Dreamgirls a beau être un des meilleurs films musicaux à avoir pris l’affiche au cours des 15 dernières années, cette adaptation d’une comédie musicale de Broadway librement inspirée du parcours des Supremes n’avait pas échappé aux critiques souvent réservées aux drames biographiques. La chanteuse Diana Ross, ex-leader du légendaire groupe féminin, avait notamment jeté de l’ombre sur la sortie du film en déclarant qu’elle refusait catégoriquement de le voir, même si son personnage n’était campé par nulle autre que Beyonce Knowles.

Steve Jobs  

ART-FAVORIS AUX OSCARS

Photo d’archives

Même s’il été réalisé par le réputé Danny Boyle (Trainspotting) et scénarisé par l’excellent Aaron Sorkin (Le réseau social), ce film-portrait du cofondateur d’Apple a été très mal accueilli par la famille et les proches de Steve Jobs. Déplorant que le drame présente son ex-mari comme une personne « cruelle et inhumaine », la veuve de Jobs, Laurène Powell Jobs, avait même essayé de faire interdire la sortie du long métrage aux États-Unis, en octobre 2015.

Nina  

Nina

Photo d’archives

En acceptant d’incarner à l’écran la légendaire chanteuse Nina Simone, l’actrice américano-dominicaine Zoe Saldana était loin de se douter qu’elle se ferait bombarder d’attaques sur les réseaux sociaux parce qu’elle avait la peau « trop claire » pour le rôle. Et c’est seulement une des nombreuses critiques qu’elle a dû essuyer lors de la sortie très controversée du film, en 2016. Même la fille de Nina Simone en avait rajouté en déclarant qu’elle aurait préféré voir une actrice noire jouer sa mère au grand écran. 

Grace de Monaco  

Grace de Monaco

Photo d’archives

Quelques jours avant sa projection en ouverture du Festival de Cannes, en 2014, ce drame biographique mettant en vedette Nicole Kidman dans la peau de Grace Kelly avait été démoli à l’unisson par les trois enfants de la princesse de Monaco. Dans un communiqué conjoint, Albert II, Caroline et Stéphanie de Monaco avaient fustigé la production, déplorant qu’elle relate une page de l’histoire de la Principauté « inutilement glamourisée » et « basée sur des références historiques erronées et littéraires douteuses ».

Dalida  

dalida

Photo d’archives

Ce drame français brossant un portrait intime de Dalida a fait grand bruit lors de sa sortie en France, au début 2016. La raison ? Catherine Morisse, la belle-fille de la chanteuse, a reproché au film de véhiculer des « contrevérités » sur son père, Lucien Morisse, premier mari de Dalida. Regrettant que la réalisatrice, Lisa Azuelos, n’ait « pas pris la peine de vérifier la moindre information », Mme Morisse avait même demandé, en vain, à la production d’ajouter dans le générique du film une mention visant à souligner l’aspect fictionnel du scénario.

Gerry  

Éric Bruneau et Mario Saint-Amand

Photo d’archives

Si la performance de l’acteur Mario Saint-Amand dans la peau de Gerry Boulet a fait l’unanimité auprès du public et des médias, à la sortie du drame biographique Gerry en 2011, certains membres de l’entourage du rocker se sont montrés plus critiques à l’égard du long métrage réalisé par Alain DesRochers. Tout en concédant que Gerry était « un bon film », le parolier Pierre Harel et ex-membre d’Offenbach avait notamment dit regretter ne pas y avoir reconnu « le sombre et silencieux Gerry » avec lequel il a partagé des années de rock’n’roll. 

Dédé à travers les brumes  

Film Dédé Gagnon Film Dédé Gagnon

Photo d’archives

Sorti en 2009, soit neuf ans après le suicide de Dédé Fortin, ce film musical de Jean-Philippe Duval relatant l’ascen-sion de l’emblématique leader des Colocs (campé par l’acteur Sébastien Ricard) a aussi fait réagir négativement certains proches et collaborateurs du chanteur. Dans une lettre ouverte, Nicole Bélanger, une ancienne compagne de Dédé Fortin, avait reproché aux artisans du film d’avoir rendu le chanteur des Colocs « plus socialement acceptable » et « plus sortable », en ajoutant qu’il avait été « dépouillé de son accent du Lac-Saint-Jean ». Quant aux membres de la famille de Dédé Fortin, ils avaient accepté de voir le film, mais en précisant qu’ils ne le commenteraient pas publiquement. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.