/regional/montreal/montreal

Tuerie de Polytechnique: hommage aux 14 victimes

Une cérémonie de recueillement, pour honorer la mémoire des 14 femmes assassinées à l’École Polytechnique en 1989, a eu lieu lundi soir à Montréal.

• À lire aussi: Lettre à mes filles et à mes fils: 32 ans après le pire jour de ma vie

En cette Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, la Ville a invité les citoyens à rendre hommage aux victimes. L’événement a débuté vers 17h sur le mont Royal, où la projection de 14 faisceaux lumineux a éclairé le ciel de la métropole. 

Les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault, ainsi que la mairesse Valérie Plante ont assisté à la céréomonie.

En raison des intempéries, la cérémonie a été de courte durée. Aucun des dignitaires n'a prononcé de discours. Certains se sont toutefois exprimés devant les médias présents.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, n'a accordé aucune entrevue et a quitté dès la fin de la cérémonie.

«On a vraiment un devoir de mémoire. Ce n’est pas le Québec qu’on aime, ce n’est pas dans nos valeurs», a affirmé François Legault.

La mairesse de Montréal a quant à elle souligné l'importance d'une telle commémoration, «pour penser à elles, penser aux familles, mais également avoir une réflexion en tant que société sur ce qui doit être fait pour empêcher la violence faite aux filles et aux femmes.»

«Le souvenir de cet attentat dans lequel 14 jeunes femmes ont perdu la vie, il y a 32 ans, est toujours aussi douloureux et malheureusement, pour trop de femmes, la violence continue aujourd’hui à faire partie du quotidien», avait déclaré Valérie Plante, plus tôt dans la journée.

Écoutez Sophie Durocher et Marie-Claude Barrette sur QUB radio:

«Alors que nous nous souvenons des victimes de cet acte lâche et haineux, nous nous rappelons également que, pour d'innombrables femmes, filles et personnes de diverses identités de genre au Canada et dans le monde, la violence est une réalité quotidienne», a indiqué le premier ministre canadien, Justin Trudeau.

«Cette menace, qui a été amplifiée par la pandémie de COVID-19, est inacceptable et doit être éliminée. C'est pourquoi, en ce jour, nous réaffirmons notre engagement à dénoncer toute forme de violence à l'égard des femmes et à agir en conséquence, notamment pendant les 16 jours d'activisme contre la violence fondée sur le sexe, qui se terminent le 10 décembre», a-t-il ajouté.

Lundi, en soutien aux victimes, les drapeaux de Montréal ont été mis en berne et une minute de silence a été observée lors de la cérémonie de fin de soirée. Le pont Samuel-De Champlain a par ailleurs été illuminé pour honorer la mémoire des 14 victimes et pour appuyer l'appel national contre la violence faite aux femmes.

«Le besoin d'un meilleur soutien s'est fait sentir encore davantage durant les 20 derniers mois. Notre gouvernement s’engage à adopter des mesures fortes pour assurer la sécurité et le bien-être de toutes les Canadiennes et tous les Canadiens», a fait savoir Rachel Bendayan, députée dans Outremont pour le Parti libéral du Québec (PLQ).«En ce 6 décembre, souvenons-nous, pour que la violence faite aux femmes cesse enfin et que toutes les filles et les femmes, sans exception, aient l’avenir qui leur appartient», a ajouté Mme Plante.

«Nous sommes tous gagnants lorsque les femmes et les filles peuvent vivre leur vie pleinement et sans violence», a également souligné Justin Trudeau.

Le gouvernement du Canada a annoncé dans le Budget 2021 un investissement de 600 millions $ sur cinq ans pour élaborer un Plan d'action national pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Ce plan décennal doit s'attaquer aux causes profondes et aux problèmes systémiques qui perpétuent la violence à l'égard des femmes, y compris dans le système juridique et judiciaire, et assurer l'accès rapide des survivants aux services de soutien et aux mesures de protection.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.