/news/currentevents

Attaques par rançongiciel: un cyberpirate d’Ottawa arrêté après deux ans d’enquête

Dangerous Hooded Hacker Breaks into Government Data Servers and Infects Their System with a Virus. His Hideout Place has Dark Atmosphere, Multiple Displays, Cables Everywhere.

Gorodenkoff - stock.adobe.com

Il aura fallu une enquête de près de deux ans pour que les policiers finissent par mettre le grappin sur un homme de 31 ans d’Ottawa soupçonné d’être à l’origine de nombreuses attaques par rançongiciel.

• À lire aussi: Rançongiciels : les PME et les petites organisations dans la mire des criminels

Le rançongiciel est un cybercrime qui a gagné en popularité au cours des dernières années un peu partout dans le monde.

Cela consiste à bloquer les données informatiques d’une entreprise, d’un organisme ou d’un particulier et de convaincre ensuite la victime de payer une rançon pour les récupérer.

Le suspect épinglé dans cette vaste enquête est Matthew Philbert, un résident d’Ottawa. La police le soupçonne d’être responsable de plusieurs attaques par rançongiciel contre des entreprises, des organismes gouvernementaux et des particuliers au Canada ainsi qu’aux États-Unis.

C’est le Federal Bureau of Investigation (FBI) qui a sonné l’alarme dans ce dossier en janvier 2020, en alertant la Police provinciale de l’Ontario (PPO) que des cyberattaques étaient commises à partir du Canada.

En collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada et Europol, la PPO a travaillé d’arrache-pied pour réussir à amasser suffisamment de preuves pour arrêter Philbert et porter des accusations contre lui.

Au terme de cette longue et fastidieuse enquête, des accusations de fraude, d’utilisation non autorisée d’un ordinateur et de possession d’un dispositif permettant l’utilisation non autorisée d’un ordinateur ont été portées contre Matthew Philbert.

Plusieurs éléments de preuve ont également été saisis chez l’accusé, dont un ordinateur de bureau, un ordinateur portable, une tablette, plusieurs disques durs et des téléphones cellulaires.

Philbert demeurera détenu jusqu’à son retour devant le tribunal pour la suite des procédures judiciaires.

Depuis 2019, la Police provinciale de l’Ontario a noté une hausse de 140 % du nombre d’attaques par rançongiciel sur son territoire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.