/finance/homepage

Le marché immobilier demeure en ébullition

GEN-VENTE-IMMOBILIER

Photo d'archives, Agence QMI

Malgré un ralentissement depuis les sommets atteints pendant la pandémie, la demande demeure forte pour les propriétés dans le Grand Montréal, si bien que les prix continuent de s’envoler.

• À lire aussi: Loyer : «On a 50 % de chance de payer 210 $ de plus» que l’an passé

• À lire aussi: Le télétravail va continuer d’impacter le marché immobilier de la région de Montréal

• À lire aussi: Vendre sa maison d’ici la fin de l’année

Selon les plus récentes données de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), le prix médian des maisons unifamiliales a grimpé de 21 % en novembre 2021 par rapport au même mois en 2020, pour atteindre 525 000 $.

Le prix médian des condos, pour sa part, a atteint 374 000 $ (+18 %), tandis que les plexs de 2 à 5 logements affichent désormais un prix médian de 725 000 $ (+15 %).

Ces nouveaux sommets ont été atteints même si le marché immobilier a grandement ralenti depuis l’effervescence causée par la pandémie, nombre de ménages ayant cherché à déménager en 2020. Le nombre de ventes a ainsi diminué de 17 % en novembre dans le Grand Montréal par rapport à la même période l’an dernier et de 12 % sur l’île de Montréal.

Il faut dire que le nombre de propriétés mises en vente a aussi chuté de 20 %, limitant le choix pour les acheteurs et continuant à tirer les prix vers le haut.

«Dans ce contexte de faible offre de propriétés sur le marché et d’effervescence persistante de la demande, la pression sur les prix dans l’immobilier résidentiel de la région de Montréal demeure forte», a détaillé le directeur du Service de l’analyse du marché de l’APCIQ, Charles Brant.

Ce dernier croit que la possibilité d’une hausse des taux d’intérêt en 2022 peut motiver les acheteurs à se dépêcher de mettre la main sur une nouvelle propriété.

Du côté de la région métropolitaine de Québec, le marché demeure, là aussi, en grande effervescence avec une baisse de seulement 12 % du nombre de transactions en novembre 2021 par rapport à novembre 2020.

«Il ne faut effectivement pas s’y tromper, il s’agit d’un mois de novembre qui s’avère être le deuxième mois de novembre le plus actif jamais enregistré depuis que le système Centris des courtiers immobiliers compile les données de marché», a noté M. Brant.

La hausse des prix est cependant bien plus modérée à Québec qu’à Montréal. Le prix médian des maisons (311 500 $, +11 %), des condos (220 000, +8 %) et des plexs (355 750 $, + 6 %) y atteint aussi des sommets, mais bien moindre que dans la métropole.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.