/regional/troisrivieres/mauricie

Le nombre de cas force la fermeture d’une école à Trois-Rivières

La fin de semaine s'est allongée pour les élèves de l'école primaire Sainte-Thérèse à Trois-Rivières puisque l'établissement était fermé lundi et mardi en raison de cas de COVID-19 chez les jeunes, mais aussi chez le personnel enseignant.

• À lire aussi: Le Québec rapporte 1234 nouveaux cas

• À lire aussi: Front commun pour réclamer une enquête publique sur la gestion de la pandémie

• À lire aussi: EN DIRECT | Les développements sur la COVID-19

C'est par mesure préventive que le Centre de services scolaire Chemin-du-Roy a pris une telle décision. En date de mardi, douze cas actifs parmi les élèves ont engendré le retrait préventif de 52 autres. Trois classes ont été retirées de l'école.

L'un de ces groupes pourra réintégrer l'école au courant des prochains jours, tandis que les deux autres devront attendre à la semaine prochaine.

Malgré la montée des infections chez les enfants, c'est surtout le nombre de cas recensé au sein du personnel qui a pesé dans la balance. Cinq enseignants ont été déclarés positifs au virus.

«C’est une première [...] autant de membres du personnel qui ont été testés positifs. C’est une première depuis le début de l’année », a affirmé le directeur général du Centre de services scolaire Chemin-du-Roy.

La fermeture temporaire a permis de réaliser une désinfection des locaux de l'école. Surtout, le personnel aura eu le temps de passer à la Clinique de dépistage et de recevoir le résultat de leur test.

Sur les 14 enseignants dépistés, tous ont reçu un résultat négatif. L'École Sainte-Thérèse pourra reprendre ses activités dès mercredi. Les cinq enseignants en isolement ont été remplacés pour la période.

Hausse de cas sur le territoire 

Selon les derniers bilans, le nombre de cas actifs a plus que doublé en deux semaines en Mauricie-Centre-du-Québec.

Le 22 novembre, la région comptait un peu plus de 200 cas actifs. Selon le bilan de lundi, qui fait également état des cas de la fin de semaine, il y a 564 cas actifs. C’est du jamais vu depuis janvier 2021.

Les écoles primaires et les milieux de garde sont les plus touchés. Le président-directeur général adjoint du CIUSSS-MCQ, Gilles Hudon, avoue que la montée des cas n’est pas surprenante.

«Avec l’annonce du gouvernement au début de novembre, on s’attendait à une augmentation du nombre de cas, a-t-il dit. L’indicateur qu’on observe beaucoup c’est le nombre d’hospitalisations et de patients qui sont admis aux soins intensifs.»

La situation est stable dans les hôpitaux, mais la recrudescence inquiète. Plus de 2000 personnes par jour se font maintenant dépister dans les cliniques du territoire.

Avec le temps froid qui s’amène, les rassemblements à l’intérieur sont plus nombreux, ce qui augmente le risque de contamination, a fait savoir la Santé publique régionale.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.