/news/law

Un homme poignarde son coloc: il veut que la victime «trouve une place dans son coeur pour lui pardonner»

Fortement intoxiqué par la cocaïne et pris «d’un délire religieux» qui l’a amené à poignarder son coloc à de multiples reprises, un homme qui a demandé à sa victime «de trouver une place dans son cœur» pour lui pardonner risque une peine d’emprisonnement variant de cinq mois et demi à 30 mois. 

Les faits reprochés à Wensceslas Pouya se sont déroulés le soir du 7 décembre il y a de cela trois ans. Ce soir-là, en compagnie de son colocataire, qui deviendra sa victime, il a consommé de la cocaïne.  

Pris d’un «délire religieux», il s’est mis à jeter des objets par la fenêtre et, lorsque son colocataire a essayé de l’arrêter, il s’en est violemment pris à lui.  

«Plusieurs blessures ont été constatées, dont deux lacérations au cuir chevelu, une au niveau temporal gauche, une plaie importante au niveau du sternum et d’autres au niveau du flanc gauche, du poignet et de la main», a rappelé la poursuivante, Me Geneviève Magnan. 

Lourdes séquelles  

Appelée à témoigner, la victime a d’ailleurs mentionné au juge René de la Sablonnière devoir vivre encore aujourd’hui avec les nombreuses séquelles physiques et psychologiques laissées par l’agression gratuite.   

«Je remercie quand même Dieu parce que je suis toujours en vie, mais j’ai beaucoup de traumatismes. Entre autres, je ne supporte plus que quelqu’un se trouve derrière moi», a mentionné le jeune homme à la cour. 

En considérant la gratuité du geste, les conséquences subies ainsi que l’ensemble des facteurs aggravants, Me Magnan a demandé au tribunal d’imposer une peine d’emprisonnement de 30 mois à Pouya.  

«Comme un frère»  

En défense, Me Christian Bélanger a rappelé au magistrat que son client, qui ne possède aucun antécédent judiciaire, consommait depuis «deux ou trois mois» lorsque les événements sont survenus et que jamais, auparavant, il n’avait été agressif.  

«Ce gars-là était comme un frère pour moi... J’aimerais qu’il trouve une place dans son cœur pour me pardonner. Je peux comprendre que pour lui c’est très dur. J’ai du mal à vivre avec ce que j’ai fait. Savoir que j’ai blessé quelqu’un de cette façon... Je lui demande vraiment beaucoup pardon», a d’ailleurs témoigné l’accusé en s’adressant à la cour. 

La défense a demandé au juge d’imposer une peine de cinq mois et demi de détention. Le juge rendra sa décision à la mi-janvier.   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.