/news/coronavirus

Dix fois moins de morts qu’à pareille date l’an dernier

Les CHSLD ont été durement touchés durant la première vague de COVID-19. Ici, un transporteur funéraire était venu récupérer une dépouille au CHSLD Vigi Reine-Élizabeth à Montréal, le 29 avril 2020.

Photo d'archives, Chantal Poirier

Les CHSLD ont été durement touchés durant la première vague de COVID-19. Ici, un transporteur funéraire était venu récupérer une dépouille au CHSLD Vigi Reine-Élizabeth à Montréal, le 29 avril 2020.

Le Québec compte dix fois moins de décès quotidiens de la COVID-19 qu’à la même période l’an dernier. Cette baisse drastique s’explique principalement par la vaccination d’une bonne partie de la population.

En moyenne, il y avait 28 décès quotidiens de la COVID-19 entre le 1er novembre et le 1er décembre 2020, contre 2,5 décès en 2021.

« La vaccination a changé la donne », dit Kévin L’Espérance, épidémiologiste à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. 

« Les vaccins sont très efficaces pour prévenir les formes graves de la maladie, dont les complications, incluant les décès », poursuit-il. 

Il ajoute que la couverture vaccinale n’explique pas uniquement cette diminution importante des décès. La plupart des Québécois ont aussi adhéré aux mesures sanitaires et les ont maintenues.  

Mieux gérés

Benoit Barbeau, expert en virologie et professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), croit également que les infections avec des symptômes plus graves sont mieux gérées par le personnel hospitalier.

« Nos apprentissages depuis le début de la pandémie ont réduit le nombre de décès. » 

En plus de la baisse des décès, on note aussi une baisse des personnes hospitalisées. En novembre 2021, on en dénombrait en moyenne 215, contre 610 en novembre 2020. 

MOYENNE DE DÉCÈS QUOTIDIENS, DU 1ER NOVEMBRE AU 1ER DÉCEMBRE 

2020 : 28

2021 : 2,5

TAUX DE MORTALITÉ DES PERSONNES ATTEINTES DE LA COVID-19, DU 1ER NOVEMBRE AU 1ER DÉCEMBRE

2020 : 2,27 %

2021 : 0,36 %

QUI MEURT DE LA COVID-19 ?  

Femmes : 52 %

Hommes : 48 %


 

DEPUIS LE DÉBUT DE LA PANDÉMIE

60 ans + : 97 %

60 ans - : 3 %


PENDANT LA 4E VAGUE

60 ans + : 84 %

60 ans - : 16 % 

Le rajeunissement moyen des décès s’explique principalement par la moins grande couverture vaccinale des plus jeunes et par la propagation du variant Delta, qui est beaucoup plus dangereux, selon M. L’Espérance.  

 

Sources : Institut national de santé publique et Statistique Canada

POURCENTAGE DES GENS ADÉQUATEMENT VACCINÉS  

(Vaccinés avec deux doses ou une seule dose et ayant contracté la COVID-19) au 6 décembre 2021  

12 ans – : 0,7 %

12 à 17 ans : 79,9 %

18 à 29 ans : 83,4 %

30 à 49 ans : 84,4 %

50 à 69 ans : 94,6 %

70 à 79 ans : 98 %

80 ans + : 96,7 % 

Ensemble du Québec : 78 %

12 ans et plus : 89 % 

DES PICS DE SURMORTALITÉ SUIVIS DE CREUX  

Les plus récentes données de Statistique Canada sur la surmortalité montrent qu’on a connu des pics importants de décès suivis de périodes de « sous-mortalité », soit moins de décès que ce qui était attendu pour une semaine donnée. Cela laisse croire qu’un certain nombre de personnes seraient décédées dans les mois suivant leur contamination à la COVID-19. Par contre, les pics de sous-mortalité ont été moins importants que la surmortalité. À cause de la pandémie, le bilan des morts depuis un an et demi est donc plus important que prévu. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.