/regional/troisrivieres/mauricie

Les pourvoyeurs s’activent à Sainte-Anne-de-la-Pérade

Le bruit des scies mécaniques résonnait mercredi sur la rivière Sainte-Anne, alors que le compte à rebours est commencé en vue de la saison des petits poissons des chenaux de Sainte-Anne-de-la-Pérade, en Mauricie.

• À lire aussi: Ces nouvelles qui font jaser chez vous

• À lire aussi: Ottawa lance un programme de surveillance contre la pêche illégale

• À lire aussi: Une dernière journée pour les petits poissons des chenaux

Tôt en matinée mercredi, de nombreux pourvoyeurs se sont affairé à la première étape de la construction du village de 400 cabanes et à augmenter l’épaisseur de la glace à l’aide de pompes.

Selon Christian Hivon du Centre de pêche JP Hivon, le cocktail météo des derniers vient faciliter la tâche. «C’est parfait parce qu’au début il y a eu de la neige pour créer un fond. Après la pluie et maintenant, le gel», a-t-il indiqué

Cette 84e édition marquera un quasi-retour à la normalité après une année sous le signe des restrictions sanitaires. Sans oublier les 80 mm de pluie tombés le 25 décembre 2020. Tout le matériel installé avait dû être retiré à une journée du début de la saison qui avait été repoussé au 20 janvier.

Si Dame Nature collabore cette année, ça sera le retour de l’expérience des petits poissons des chenaux comme on connaissait avant la pandémie a assuré le porte-parole de l’Association des pourvoyeurs, Steve Massicotte «Le village va revivre. Le quart de nuit pour la pêche est de retour. On va avoir des patinoires, glissades, ballades en traineau. Les fins de semaine de janvier vont aussi être animées»,a-t-il dit.

Cette année marquera aussi le retour des 18 pourvoyeurs alors que la moitié d'entre eux avaient décidé de sauter un tour l'an passé. En conséquence, le nombre de visiteurs avait chuté à 15 000. En temps normal, plus de 80 000 personnes visitent Sainte-Anne-de-la-Pérade durant la saison de pêche. L’objectif est plus modeste cette année. «Nous aimerions recevoir 60 000 visiteurs», a ajouté M. Massicotte. Et ça semble bien parti selon lui. Des clients appellent depuis le mois d’octobre pour réserver des petits chalets, «ce qui est extrêmement rare.»

Chrisitan Hivon ressent aussi cet engouement. «L’an passé ce sont beaucoup de nouveaux clients qui sont venus. Des gens qui découvraient la pêche au poulamon. Cette année ils reviennent, en plus de ceux qui avaient l’habitude de nous visiter avant. Donc le téléphone sonne beaucoup.»

Ce retour à la normale fera du bien aux commerçants du village puisque l’évènement est un poumon économique majeur à Sainte-Anne. La propriétaire du gîte et café bistro de la Tour Annie Morency se réjouit de l’ouverture prochaine de la saison de pêche. «C’est super bon pour notre volet hébergement. Nous affichons souvent complet durant les fins de semaine. S’il n’y avait pas ça, les affaires seraient très tranquilles en hiver.»

Comme quoi une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Sainte-Anne fait partie des huit meilleures destinations de pêche sur glace au Canada selon le site web Fishing Booker. Un leader mondial dans la réservation de voyages de pêche. Une reconnaissance qui fait du bien pour Steve Massicotte. «On travaille tellement fort pour faire vivre ce village-là, c’est une belle tape dans le dos.»

À moins d’un revirement, les premières lignes devraient être lancées à l'eau le 26 décembre.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.