/regional/montreal/montreal

Montréal: l’opposition demande une étude sur le faible taux de participation aux élections

GEN-VOTE-MUNICIPAL-MONTREAL

Photo d'archives, Joël Lemay

Devant le faible taux de participations aux dernières élections municipales, l’opposition officielle à Montréal réclame une étude indépendante afin de faire la lumière sur la situation.

Ensemble Montréal s’inquiète des conséquences que cela pourrait avoir sur la démocratie.

«Même si on enlève la pandémie, on voit quand même une décroissance du taux de participation. C’est un problème pour la légitimité démocratique», a fait remarquer Sonny Moroz, porte-parole en matière de démocratie participative au sein du parti d’opposition.

Seulement 38,3 % des électeurs inscrits sur la liste électorale ont participé au scrutin de novembre dernier. Un chiffre à la baisse alors que la proportion était de 42,5 % lors des précédentes élections en 2017, et de 43,3 % en 2013.

Une tendance qui inquiète Ensemble Montréal. «Si on a un taux de participation très bas au niveau municipal, les autres niveaux de gouvernement pourraient prendre des décisions pour nous, en le justifiant par leur plus haute représentativité», s’est alarmé M. Moroz.

 Écoutez La Rencontre Proulx - Martineau au micro de Richard Martineau sur QUB radio :  

Le parti d’opposition réclame donc une étude indépendante afin de comprendre les causes de cet état de fait. Il demande aussi qu’Élection Montréal vienne s’expliquer en séance plénière. Ensemble Montréal déposera une motion en ce sens au prochain conseil municipal, précisant toutefois souhaiter une démarche non partisane.

«On veut être certain qu’Élection Montréal ne se retrouve pas dans une situation où elle en viendrait à critiquer ses propres décisions et évaluer ses propres façons de faire. Ça fait trois élections maintenant que ça ne se passe pas bien», a expliqué M. Moroz, à propos de la nécessité d’une enquête indépendante. Il ajoute toutefois qu’il ne s’agit pas d’une attaque envers l’organisation.

«On comprend qu’il y avait des difficultés avec la pandémie, mais 2025 s’en vient. On doit prendre des leçons», a rappelé M. Moroz.

Un constat également fait par l’administration Plante 

«Nous nous sommes montrés préoccupés par la participation aux élections montréalaises, qui a par ailleurs enregistré une participation similaire à la moyenne québécoise. Nous devons unir nos forces pour limiter les barrières à la participation citoyenne, qui est au cœur des priorités de notre administration», a déclaré Catherine Cadotte, attachée de presse au cabinet de la mairesse.

Elle indique que le Directeur général des élections du Québec s’est déjà saisi de cet enjeu, et qu’Élection Montréal devrait également faire un bilan des dernières élections.

Le 24 novembre dernier, après la présentation de son nouveau comité exécutif, la mairesse Valérie Plante avait elle-même critiqué la situation, pendant la période de questions des journalistes.

«C’est d’une complexité qui défavorise et qui n’encourage pas les gens à aller voter. J’espère qu’Élections Montréal va faire une introspection», avait-elle fait remarquer, en reprochant la lourdeur du processus pour s’inscrire sur la liste électorale.

«Je trouve que l’énergie a été mise dans la campagne, tant par Projet Montréal que par les autres partis, pour faire une campagne stimulante. S’il y a de grosses barrières pour aller voter, c’est un frein à la démocratie, et ça n’encourage pas les gens à s’intéresser au milieu municipal», avait-elle également dénoncé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.