/news/culture

Un centenaire d’envergure pour célébrer Riopelle

La Fondation Riopelle a dévoilé mercredi les principales activités menant au centenaire de la naissance de Jean Paul Riopelle, qui sera célébré en 2023. 

Danses, acrobaties, projections multimédias d’entrevues mettant en évidence les œuvres du peintre, sculpteur et graveur québécois ont accompagné la présentation par la Fondation Riopelle et sa directrice générale, Manon Gauthier, des activités les plus importantes qui, à partir du 7 octobre 2022, marqueront le centenaire de la naissance de l’artiste visuel.

Sous la thématique «Cinq saisons de Riopelle» et autour de la toile officielle du centenaire «Point de rencontre – Quintette», l’œuvre du Canadien sera déclinée dans toutes les disciplines artistiques et à travers des activités aussi variées que l’inauguration d’une murale ou le lancement de «À l’école de Riopelle», un programme scolaire accessible gratuitement par tous les écoliers.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Toutes ces manifestations, ainsi que l’a souligné France Chrétien Desmarais, présidente du Comité international des célébrations du centenaire lors d’un événement tenu au siège social du collectif Les 7 doigts de la main, étant «l’occasion de remettre Riopelle sur la scène internationale».

L’hiver 2023, l’exposition du Musée de Joliette s’articulera autour du thème des «migrations». C’est ensuite dans le cadre du festival Montréal en lumière que l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) et GSI Musique présenteront des spectacles multimédias. Le président de GSI Musique, Nicolas Lemieux, a souligné qu’il fallait «s’attendre à de la folie. Je veux qu’on soit fous, créatifs, libres en mélangeant l’art pictural et l’art symphonique».

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Au printemps 2023, la renaissance de cette saison sera consacrée à la vie de l’artiste visuel avec une pièce coproduite par Ex Machina et la Compagnie Jean Duceppe et mise en scène par Robert Lepage. Puis, l’été sera l’occasion du dévoilement d’un spectacle circassien conçu par le collectif Les 7 doigts de la main, «ode au renouvellement et à la créativité».

Au même moment, à Saint-Paul-de-Vence, en France, la Fondation Maeght dévoilera l’exposition «Riopelle, parfums d'ateliers», dont Yseult Riopelle – fille de Riopelle – est la commissaire, et qui s’attardera sur une facette peu connue de l’homme. «Riopelle, l’homme, était merveilleusement délicieux, très drôle, très direct, très travailleur», a ainsi dit Isabelle Maeght, dont les parents étaient amis avec Riopelle.

Puis, à l’automne 2023 – Jean Paul Riopelle est né le 7 octobre 1923 –, le Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa, organisera une rétrospective des œuvres de l’artiste ainsi que l’a indiqué Sasha Suda, directrice générale de cette institution.

De plus, un symposium international ainsi qu’un projet de recherche «Legs et patrimoine» se tiendront au cours de l’année. Rappelons également que la construction de l’Espace Riopell, à Québec, a été dévoilée le 2 décembre dernier par le gouvernement du Québec et le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.