/regional/saguenay

Violence conjugale: la Police de Saguenay embauchera un spécialiste

Face aux nombreux cas de féminicides cette année au Québec, le Service de police de Saguenay (SPS) veut améliorer ses interventions en matière de violence conjugale.

Un intervenant social intégrera les rangs du corps policier dès 2022. 

Le SPS est à la recherche d'une personne spécialisée en relation d'aide pour accompagner, conseiller et mieux outiller ses policiers qui ont à intervenir sur ce type d'événement. Une offre d'emploi vient d'être affichée.

«Ce qu'on souhaite, c'est oui, améliorer les interventions sur le terrain, mais améliorer les suivis auprès des victimes et également auprès des agresseurs potentiels. Aller plus loin dans nos stratégies», a expliqué le porte-parole du Service de police de Saguenay, Luc Tardif.

«C'est une nouveauté dont on est très fier. Une personne qui va être spécialisée... qui va pouvoir venir nous aider à améliorer les services qu'on va donner à la population», a ajouté M. Tardif.

Ce projet peut voir le jour grâce au financement, débloqué par le ministère de la Sécurité publique, au printemps dernier. Le gouvernement avait annoncé un plan de 223 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre la violence conjugale et les féminicides.

«Comme policier, nos interventions sont vraiment dirigées sur le terrain... Par contre, est-ce qu'en amont on peut faire quelque chose? Est-ce qu’après on peut faire quelque chose pour aider les gens à s'en sortir? 

«Est-ce qu'on peut agir autrement avec nos contrevenants pour leur permettre de faire un travail sur eux-mêmes? C'est vraiment tout cela qui va être analysé», a indiqué le porte-parole du SPS, qui n'était pas en mesure de préciser le montant reçu de Québec.

Le Centre féminin du Saguenay, qui vient en aide aux victimes de violence, se réjouit de l'initiative du corps policier.

«C'est une excellente nouvelle pour nous... On pense au suivi qui peut être fait. On doit avoir un pont de références vers les maisons d'hébergement, vers les services de la communauté», a affirmé la directrice, Marie-Claude Bouchard, précisant que la bonne collaboration qui existe déjà avec les policiers ne pourra qu'être améliorée.

Mme Bouchard est d'avis que cette ressource qui sera bientôt embauchée permettra également d'aider les patrouilleurs dans la détection des cas de violence conjugale.

Les personnes intéressées à occuper ces nouvelles fonctions ont qu'au 13 décembre pour postuler.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.