/news/coronavirus

Le nombre de chirurgies au Canada a chuté d’un demi-million pendant la pandémie

Chirurgie

Photo Fotolia

Le nombre de chirurgies effectuées dans les hôpitaux canadiens a chuté de plus d'un demi-million au cours de la pandémie, d’après les conclusions d’une étude publiée jeudi par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

Près de 560 000 chirurgies en moins ont été effectuées au Canada, de mars 2020 à juin 2021, en raison des annulations et des reports. Ces données ne prennent cependant pas en compte celles du Québec qui n’étaient pas disponibles.

Comparativement à 2019, les volumes quotidiens d’interventions chirurgicales ont enregistré une chute d’environ 80 %, l’équivalent de 370 000 chirurgies, au début la première vague en avril 2020, a rapporté l’ICIS.

À la fin du mois de juillet 2020, les volumes d’interventions chirurgicales ont retrouvé les niveaux prépandémiques et y sont demeurés jusqu’au début du mois de septembre 2020. Ils ont ensuite repointé vers le bas au cours de la troisième vague, chutant de 20 à 40 % sous les niveaux d’avant la pandémie.

Hausse des hospitalisations 

Environ 3000 patients de plus qu’à la normale ont été hospitalisés pour des affections respiratoires chaque mois, de mars 2020 à juin 2021. La hausse n’a cependant pas été répartie uniformément puisque chaque vague successive de COVID-19 a entraîné un plus grand volume d’affections respiratoires et a exercé une pression supplémentaire sur les hôpitaux, notamment dans les unités de soins intensifs (USI).

Au cours de la même période, il y a eu près de 14 000 admissions supplémentaires dans les USI pour des affections respiratoires, par rapport à la période précédant la pandémie. En fait, à la troisième vague, le besoin en soins intensifs et en ventilateurs pour les patients souffrant de problèmes respiratoires a augmenté d’environ 400 %, selon les chiffres de l’ICIS.

Effets collatéraux 

Les filles et les femmes de 10 à 24 ans ont représenté le groupe ayant le plus sollicité de l’aide médicale pendant la pandémie. Elles étaient en effet à l’origine de près de 40 % de toutes les visites au service d’urgence et de plus de 30 % de toutes les hospitalisations. D’octobre 2020 à juin 2021, le nombre de visites au service d’urgence a affiché une hausse de 10 % et le nombre d’hospitalisations, de 12 %.

Au cours de la même période, les visites aux urgences en lien avec la consommation d’opioïdes ont considérablement augmenté (+36 %), tout comme les hospitalisations (+30 %).

L’effet inverse a été observé pour la consommation d’alcool: les visites à l’urgence ont diminué de 9 %. Chez les jeunes de 10 à 19 ans, elles ont baissé de 36 % et chez les 20 à 29 ans de 18 %.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.