/news/coronavirus

Record de contaminations au Royaume-Uni depuis janvier

Le Royaume-Uni se trouve dans une «situation profondément préoccupante» avec plus de 58 000 nouvelles contaminations à la COVID-19 enregistrées vendredi, du jamais vu depuis janvier, a déclaré le ministre du Logement Michael Gove à l'issue d'une réunion de crise.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Lors de cette réunion dite Cobra, qu'il a présidée et qui était consacrée à la situation sanitaire, les chefs de gouvernements des différentes nations du Royaume-Uni ont appris des «informations très difficiles».

«Nous savons que nous avons le plus grand nombre d'infections à la COVID au Royaume-Uni enregistré aujourd'hui depuis le 9 janvier», a souligné le ministre à la télévision.

Le nombre de cas de variant Omicron «double tous les deux ou trois jours en Angleterre, et peut-être même plus rapidement en Écosse», a-t-il aussi relevé.

En Angleterre, «30% des cas signalés à Londres sont du variant Omicron» qui a été identifié dans le pays il y a seulement quinze jours.

Le variant se propage d'une façon qui fait que même ceux qui sont doublement vaccinés sont susceptibles de «se retrouver malades, infectés et potentiellement hospitalisés», a souligné Michael Gove.

Pour enrayer sa propagation, le premier ministre Boris Johnson a annoncé mercredi un durcissement des restrictions, dont le retour au télétravail à partir de lundi et l'introduction du passeport vaccinal pour certains grands rassemblements en Angleterre.

Le Royaume-Uni, l'un des pays d'Europe les plus endeuillés avec plus de 146 000 morts depuis le début de la pandémie de COVID-19, avait déjà réintroduit des mesures pour lutter contre Omicron, comme des restrictions aux frontières, au grand dam des secteurs du tourisme et des transports, et le port du masque dans les magasins et les transports en commun.

En Écosse, la première ministre Nicola Sturgeon a annoncé un renforcement des règles pour lutter contre la propagation d'Omicron, expliquant que sa rapide et forte transmissibilité faisait craindre un «tsunami de contaminations», qui risquait de submerger les hôpitaux. 

À partir de samedi, les personnes habitant le même foyer que quelqu'un testé positif devront s'auto-isoler pendant dix jours, peu importe qu'ils soient vaccinés ou non, ou qu'ils présentent un test PCR négatif.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a déclaré qu'Omicron devrait devenir le variant dominant au Royaume-Uni d'ici la mi-décembre. Dans un breffage vendredi, l'UKHSA a déclaré que si les tendances actuelles se maintiennent, le Royaume-Uni dépassera le million d'infections au variant Omicron d'ici la fin du mois.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.