/news/law

Violence conjugale: l'ex d'Élisabeth Rioux plaide coupable

L’ex-conjoint de l’influenceuse et femme d’affaires Élisabeth Rioux a plaidé coupable de voies de fait, de menaces de mort et de méfait ce matin au palais de justice de Saint-Jérôme.  

• À lire aussi: Violence conjugale: l'ex-conjoint d'Elisabeth Rioux plaide coupable

Bryan McCormick, qui vit désormais à Chibougamau, ne s’est pas présenté devant la juge Nancy McKenna ce matin en raison des conditions météorologiques, a indiqué d’emblée son avocat. Il a donc enregistré un plaidoyer de culpabilité sur certains des chefs portés contre lui par visioconférence. Un arrêt conditionnel des procédures a ainsi été prononcé sur les accusations d’étranglement, de séquestration, et de harcèlement. 

Un résumé conjoint des faits a été déposé et relate avec plus de détails certains des événements violents qui se sont produits entre novembre 2019 et septembre 2020. Il s'agit d'une période où la femme de 24 ans était enceinte et pendant les premières semaines de vie de leur enfant. 

Écoutez la chronique de Marie-Claude Barrette au micro de Sophie Durocher sur QUB radio : 

Celui-ci décrit notamment un événement où McCormick tenait l’enfant du couple dans ses bras et assénait des coups de pied au haut du corps d’Élisabeth Rioux. Peu de temps après, l’homme de 28 ans a tenté d’étrangler la jeune femme en lui serrant le cou et en la levant du sol. À une autre reprise, alors que l’influenceuse avait tenté de le filmer avec son cellulaire, le colosse l’a agrippé violemment par le visage afin de déverrouiller son appareil avec la reconnaissance faciale dans le but de supprimer la vidéo. Chaque fois, elle tenait son bébé dans les bras. 

Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio:

McCormick a également admis avoir menacé la femme d’affaires de la tuer, de la brûler vivante et de lui « shooter » une balle dans la tête. Il l’a également traité de « grosse torche », de « crisse de folle » de « mauvaise mère » et lui a dit que son enfant ne l’aimerait jamais. 

Elisabeth Rioux, qui avait dénoncé son ex sur les réseaux sociaux il y a un peu plus d'un an, n’était pas présente au palais de justice ce matin. La sentence sera prononcée ultérieurement. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.