/news/culture

Renée Martel est décédée à l'âge de 74 ans

Après une vie remplie de succès et de drames, la reine du country québécois Renée Martel s’est éteinte samedi au centre hospitalier Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe à l’âge de 74 ans.

• À lire aussi: Pluie d’hommages pour Renée Martel

• À lire aussi: «Une figure marquante du Québec, au même titre que Maurice Richard»

• À lire aussi: Renée Martel : un amour qui ne voulait pas mourir avec le Festival Western de St-Tite

• À lire aussi: Renée Martel : «j’ai perdu ma jumelle», dit Paul Daraîche

La chanteuse est décédée des suites d’une pneumonie sévère qui n’était pas liée à la COVID-19, a indiqué son producteur de spectacles dans un communiqué.

LCN diffusera l'entrevue que Renée Martel a accordée à Denis Lévesque dans le cadre de la sortie de sa biographie en 2014 à 19h dimanche.

«[Elle a] marqué l’histoire de la musique québécoise d’une empreinte indélébile avec un répertoire qui conjugue à la fois modernité et respect des traditions, s’étant adaptée aux époques et ayant épousé chacune des décennies», a souligné son producteur.

L’artiste venait de sortir un album en octobre 2021 avec Paul Daraîche, intitulé «Contre vents et marées», et prévoyait une tournée dans la Belle Province pour le printemps 2022.

«Renée Martel demeurera au sommet dans le cœur du public québécois, pour cette carrière sans égale, et personne ne lui contestera son titre de “Reine du country” d’ici. Au fil des décennies, Renée Martel aura connu une popularité constante, et son élégance et son grand talent d’interprète ont assurément ennobli le métier de cowgirl», a-t-il été précisé.

Fille du célèbre chanteur cowboy Marcel Martel et de la chanteuse Noëlla Therrien, Renée Martel a suivi très tôt les traces de ses parents. À l’âge de cinq ans, elle fait sa première apparition sur scène, et elle va ensuite accompagner ses parents en tournée pendant plusieurs années.

Son quotidien est alors consacré au travail et elle doit suivre les recommandations de son père plutôt exigeant envers elle. Elle interprète notamment sur scène la chanson «Un coin du ciel» qui connaît un certain succès. Elle va ensuite participer à l’enregistrement du disque «Noël en famille».

Plus tard, elle va chanter avec son père à CHLT-TV, une radio de Sherbrooke, où il anime une émission hebdomadaire. À cette époque, la jeune fille rêve pourtant d’une vie normale avec un mari et des enfants, mais le destin à d’autres plans pour elle.

D’icône pop au country          

Après un début de carrière dans les traces de son père, avec lequel elle entretient toutefois une relation compliquée, Renée Martel décide de voler de ses propres ailes. Grâce à l’immense succès de sa chanson «Liverpool», elle déménage à Montréal et enchaine les spectacles et les apparitions télé.

Elle devient rapidement une habituée de la populaire émission «Jeunesse d’aujourd’hui». Elle enregistre ensuite «Prends ma main» et «Je vais à Londres», qui vont instantanément devenir des tubes connus de tout le Québec.

Au début des années 1970, elle se rapproche de plus en plus de ses racines country. Pour le reste de sa carrière, elle va aller puiser autant dans la tradition que dans la modernité, entre l’héritage familial country et la chanson plus pop.

En 1972, sur les conseils de son père, elle écrit des paroles en français sur la musique de la chanson de Delaney & Bonnie & Friends. Ce sera «Un amour qui ne va pas mourir», un immense succès devenu un hymne. Suivra également «Si on pouvait recommencer», qui est l'adaptation d'un succès du légendaire Don Gibson.

On lui doit aussi un autre succès venu d’une traduction, «Cowgirl Dorée » («Like a Rhinestone Cowboy»), dont le titre viendra à la qualifier.

Elle va même animer une émission de télévision avec son ami Patrick Norman, «Patrick et Renée», en 1977, à TVA.

Plusieurs albums marqueront ensuite leur époque, dont l’album «C’est mon histoire», en 1983, pour lequel elle obtiendra un Félix de l’album country de l’année. Sur ce disque, elle boucle en quelque sorte la boucle en chantant «Nous on aime la musique country» en trio avec son père et sa mère.

Après une pause de plusieurs années, durant laquelle elle va aller habiter au Maroc avec son mari Georges Lebel et ses enfants, Renée Martel revient par la petite porte. Elle commence par enregistrer un nouvel album «Authentique», composé uniquement de chansons originales. En 1994, elle se voit confier l’animation de l’émission «Country Centre-Ville » à Radio-Canada durant laquelle elle reçoit une foule d’artistes country francophones.

Mais, en 1999, son père Marcel Martel meurt d’une commotion cérébrale à la suite d’une chute. Anéantie par cette nouvelle, elle va lui consacrer tout un album, «À mon père», et décide ensuite de se retirer de la scène.

Écoutez la chronique culturelle d'Anaïs Guertain-Lacroix sur QUB radio:

Elle ne reviendra à la chanson qu’en 2006 avec un album de reprises de ses plus grands succès en version acoustique, suivi, en 2008, de l’album «Héritage», composé de 14 chansons originales écrites sur mesure. Le succès est de retour. Le disque est encensé par la critique. Renée Martel reprend alors la route pour une tournée à travers la province.

En 2012, Richard Séguin, Paul Daraîche, Lynda Lemay, Daniel Lavoie et d’autres collaborateurs lui écrivent de nouvelles chansons pour l’album «Une femme libre». En 2016, elle retrouve son ami Patrick Norman pour l’album «Nous» qui marque leurs 40 ans d’amitié.

À l’automne 2018, elle a fait paraître le disque, «Arrière-Saison», dont les chansons devaient prendre leur envol su scène au cours de la tournée «Cowgirl Dorée, mon histoire !» que la chanteuse a dû annuler pour des raisons de santé.

Elle avait ainsi annulé la tournée prévue pour l’automne 2019 et tous ces engagements à la suite d’un diagnostic de cancer du sein. Six ans auparavant, elle avait déjà été soignée pour un cancer du foie. Elle laisse dans le deuil son fils Dominique Chapados, qui était le batteur de son groupe, et sa fille, Laurence Lebel.

Une vie privée difficile          

Si sa carrière professionnelle a toujours été remplie de succès, Renée Martel a eu une vie privée plutôt compliquée et difficile.

Dès son enfance, elle souffre d’un père perfectionniste, autoritaire et violent, qui ne lui dira jamais qu’il l’aime, ni ne lui fera de compliments. À 18 ans, elle subit un viol de la part d’un animateur très connu alors qu’elle est en tournée. Mineure (la majorité est encore à 21 ans), elle le dit à ses parents qui ne feront rien pour l’aider, ni pour la protéger.

Alors que le succès frappe à sa porte, Renée se sent perturbée par autant d’attention, elle est hospitalisée à plusieurs reprises, à la fin des années 1960, pour des crises de panique. Ce n’est que le début de sa descente aux enfers.

Après deux fausses couches et un avortement, sa rupture avec Jean Malo va la plonger dans l’alcool. La consommation lui permet d’atténuer son mal-être et de continuer malgré tout à fonctionner.

En 1972, elle fait sa première tentative de suicide, qui sera suivie d’une seconde des années plus tard. Renée Martel va mal et ce n’est même pas la naissance de son fils qui va la sauver. Elle alterne constamment entre périodes de sobriété et rechutes.

Sa vie connaît une certaine accalmie lorsqu’elle épouse Georges Lebel. Ils vont aller vivre quelques années au Maroc où elle ne fait qu’être la femme de, un rôle qui lui va alors parfaitement.

Mais dès leur retour au pays, et la reprise de sa carrière, les choses tournent mal à nouveau. Entre différents problèmes de santé (pneumonie, accidents...), et son alcoolisme récurrent, Renée Martel ne sera pas non plus épargnée par les coups du sort, comme lorsque son amoureux Bruno Martin, toxicomane, se suicide en 2008. Elle retombe alors dans ses démons, mais grâce à son entourage, ses enfants et petits-enfants, elle a su se relever et continuer à chanter pour son public qui l’a toujours soutenu, tout au long de ses 65 ans de carrière.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.