/news/coronavirus

Tests rapides: un approvisionnement plus soutenu d'ici Noël

Les Québécois se sont rués sur les tests rapides gratuits offerts en pharmacie, lundi et mardi. Mais après deux premières journées chaotiques, les pharmaciens assurent que d’autres livraisons s’en viennent.

• À lire aussi: Cinémas freinés dans leur élan

• À lire aussi: COVID-19: plus de 4500 nouveaux cas au Québec

• À lire aussi: Petit guide du dépistage: quand faut-il utiliser un test rapide?

• À lire aussi: Nouvelles restrictions: les bars et les écoles désormais fermés

« Je n’ai jamais vu un tel engouement en 35 ans de pratique », lance Benoit Morin, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP).

En entrevue à TVA Nouvelles, ce dernier a assuré que l'approvisionnement serait plus soutenu au cours des prochains jours.

«Ça a été un peu plus difficile aujourd’hui, mais c’est normal dans les premières journées d’une nouvelle distribution. La plupart d’entre nous avons reçu des stocks en après-midi, donc on va les distribuer demain matin», explique Benoit Morin.

«Ce qui est compliqué, c’est que tout le monde voudrait avoir les tests maintenant, mais l’approvisionnement se fait graduellement. Je pense que d’ici vendredi, on devrait combler la majorité des attentes», ajoute-t-il.

Avant même l’ouverture des pharmacies, lundi, des files d’attente de plus d’une heure s’étiraient sur les trottoirs. Certaines pharmacies, comme Jean Coutu, qui misaient sur des rendez-vous en ligne, ont vu leur site web planter sous la demande.    

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Les pharmacies n’avaient que 108 boîtes de cinq tests rapides chacune pour cette première journée. Environ 200 000 boîtes avaient été livrées dans la province.

Ajoutant à la frustration de nombreux Québécois, plusieurs pharmacies ne donnaient les trousses de tests rapides qu’à ceux ayant déjà un dossier chez elles.

Ils repartent bredouilles  

« J’ai fait la file une heure pour rebrousser chemin, bredouille », s’est désolé lundi Arnaud Bouchard, devant le Pharmaprix rue Wellington, à Verdun. Nouveau dans le quartier, l’homme de 27 ans n’avait de dossier nulle part.

Pourtant, seulement un coin de rue plus loin, la pharmacienne Valérie Le-Doan, qui travaille au Familiprix Samir Bouras, a distribué sa centaine de boîtes en 30 minutes, les offrant à tous sans distinction. « Ça a été notre choix dès le départ », souligne-t-elle.

Valérie Le-Doan, pharmacienne

Photo Hugo Duchaine

Valérie Le-Doan, pharmacienne

L’Ordre des pharmaciens du Québec confirme avoir reçu des appels de patients déplorant la décision de privilégier les clients existants, mais il souligne que les pharmaciens « ont des devoirs envers leurs patients » et qu’il « est donc acceptable qu’ils les priorisent ».

« Nous comprenons la frustration des gens, mais comme toute nouvelle chose, ça va se stabiliser », renchérit M. Morin, de l’AQPP. 

Au fur et à mesure que les pharmacies recevront d’autres livraisons, elles pourront élargir leur offre, dit-il. Selon lui, c’est la forte demande qui a obligé plusieurs pharmaciens à agir ainsi.

Livraisons quotidiennes  

Au total, 840 000 trousses doivent être acheminées dans les pharmacies. Lundi, les distributeurs ont affirmé mettre tout en œuvre afin que tous les tests rapides pour détecter la COVID-19 soient livrés avant le 24 décembre. 

« [Aujourd’hui], ce sera 180 000 trousses additionnelles qui seront rendues disponibles dans les pharmacies, et ensuite, jusqu’à la fin de la semaine, 150 000 trousses additionnelles par jour », explique Hugues Mousseau, de l’Association québécoise des distributeurs en pharmacie.

Lundi en point de presse, Daniel Paré, directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec, a garanti que d’autres tests rapides ont été demandés au gouvernement fédéral et qu’il s’attend à d’autres acquisitions dès janvier.

Les clients interrogés par Le Journal à la sortie d’une pharmacie avec leur trousse en main ont tous indiqué être allés chercher ces tests pour se protéger durant les Fêtes.

Voir grand-maman  

« J’aimerais voir ma grand-mère pendant le temps des Fêtes et je voudrais faire attention », a souligné Alexandra Desjardins. Elle compte aussi se faire tester contre la COVID-19 en prévision de son retour au travail.

Alexandra Desjardins compte utiliser un de ses tests rapides afin de voir sa grand-mère.

Photo Hugo Duchaine

Alexandra Desjardins compte utiliser un de ses tests rapides afin de voir sa grand-mère.

« Ma mère est très craintive, car j’ai un proche qui a le cancer », a déclaré François--Roméo Bayard. L’homme de 21 ans croit que Noël en famille sera plus sécuritaire avec les tests rapides.

François-Roméo Bayard, 21 ans, a fait la file pendant une heure pour obtenir sa trousse de cinq tests rapides, lundi, à Montréal.

Photo Hugo Duchaine

François-Roméo Bayard, 21 ans, a fait la file pendant une heure pour obtenir sa trousse de cinq tests rapides, lundi, à Montréal.

Pour sa part, Josée Bouchard estime qu’ils seront pratiques « si on [a] à voir quelqu’un ou à sortir et qu’on commence à avoir des symptômes ».

Lundi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a réitéré que « les gens utilisant les tests rapides doivent être symptomatiques.

CONTENU D’UN TEST RAPIDE  

Photo Hugo Duchaine

 

  

  1. Un tube d’extraction que l’on insère debout sur le support.     
  2. On vide ensuite cette petite fiole de liquide dans le tube d’extraction. C’est dans ce liquide qu’on viendra tremper l’écouvillon après l’avoir inséré dans le nez.     
  3. On dépose trois gouttes du tube d’extraction sur ce dispositif, qui ressemble à un test de grossesse. Au bout de quinze minutes, s’il y a deux barres, le résultat est donc positif à la COVID-19. Mais s’il n’y en a qu’une, c’est négatif.     
  4. L’écouvillon sert à faire le prélèvement à l’intérieur des narines. Il faut le rentrer à au moins un demi-pouce à l’intérieur du nez.            

– Avec TVA Nouvelles

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.